Archives du mot-clé square-enix

Secret of Mana : pas de secrets entre nous

secret_of_mana_1Je pourrais vous parler pendant des heures de Secret of Mana (Seiken Densetsu 2 au Japon). Dans sa version SNES. Le nombre incalculable d’heures que j’ai pu passer dessus avec mon frère, ses musiques mémorables et j’en passe, c’est clairement LE jeu qui m’a marqué au fer rouge quant à la passion toujours intacte que je peux avoir pour les jeux vidéo au jour d’aujourd’hui. Quand un remake sur PS4 a été annoncé, je suis passé de l’excitation à l’incompréhension en voyant les premières images du jeu. Impossible malgré tout de faire l’impasse dessus (d’autant plus que la Fnac offrait 20 € en chèques cadeaux pour toute pré-commande).

Secret of Mana a un scénario simpliste mais prenant. Après être parvenu à ôté l’épée Mana de son socle, le jeune Randy a provoqué un cataclysme sans précédent. Le seul moyen d’empêcher que la situation empire est alors de partir à la recherche des huit graines Mana pour redonner à l’épée sa puissance ancestrale et venir à bout de Thanatos et ses sbires. Dans les grandes lignes, ça donne ceci. secret_of_mana_2Au chapitre des bons points rappelant la cartouche SNES, la mini map pour se repérer reprend les graphismes de l’époque en pixels mignons comme tout. Comme avant, il est possible de jouer à 3 en local. Oui en local et non en online. Le jeu n’aurait pas la meme saveur en ligne. Le fait que le jeu propose un doublage anglais et japonais pour les persos (PNJ compris) est également une plus value qui ne se refuse pas.

Au niveau des ajouts interessants, il y a quelques dialogues supplémentaires entre les trois persos principaux. Ils sont plutôt anecdotiques mais ont le mérite d’exister.  La bande son est passée à la moulinette de la réorchestration. Pas forcément pour le meilleur mais Square-Enix ne s’est pas contenté d’une simple transposition de la version SNES. Il y aussi une encyclopédie rececensant tout les monstres du jeu. Un peu comme le guide qui était fourni avec à l’époque mais consultable directement depuis le jeu. secret_of_mana_2Concernant les points négatifs, la qualité graphique est incontestablement le gros point noir. Le jeu est répugnant visuellement. La mouture 2018 ressemble à un de ces trop nombreux jeux génériques qui pullulent sur l’App Store et sent le F2P bon marché. Ensuite, les mécaniques du jeu sont identiques à la version d’origine. Pour pouvoir s’équiper d’une arme ou lancer un sort par exemple, il fallait passer par une multitude de menus. Et aujourd’hui, en plus de casser l’action, c’est tout sauf intuitif. Pas specialement difficile avant, cette version remasterisée est encore plus facile.

Secret of Mana est un mauvais A-RPG pour qui decouvrirait le jeu aujourd’hui. Graphiquement banal et doté d’un système de jeu tout sauf ergonomique, il n’a pour lui que l’avantage de pouvoir être fait à plusieurs sur la même console. À l’ancienne. Les personnes qui ont connu la version d’origine sauront lui pardonner ses trop gros défauts sans retrouver malheureusement le même plaisir qu’à l’époque. Le remake est plutôt mollasson et donnera, au mieux, l‘envie de rebrancher sa SNES.

Et pour éviter de donner une note comme à l’école, mon ressenti sur le jeu en un gif :

E77B02BA-1093-4CFB-9000-536C88EF1F39

Putain ça y est !

ff_xv_2Final Fantasy XV n’est plus une arlésienne ! 10 ans que le titre qui avait pour nom Final Fantasy Versus XIII au moment de son annonce était en développement. Sur PS3 à l’époque. Au commencent, il y a avait des news à son sujet tout les 36 du mois. Dans les semaines précédant sa mise en vente, il n’y avait pas un jour où une info n’était pas communiquée dessus. Jusqu’à l’overdose en ce qui me concerne car j’avais cessé de lire des news dessus début septembre. Paradoxal quand auparavant (comprendre par là quand Twitter et Facebook n’existaient pas), je me serais rué sur chaque info.

Alors que c’est aujourd’hui que le jeu aurait dû sortir, sa mise en vente a été anticipée de quelques jours, pour mon plus grand plaisir, week-end de deux jours 1/2 oblige. À inverse d’Uncharted 4 où j’avais reçu le tout plus tard à cause de mes horaires du soir (lire : Uncharted 4 x TNT), j’avais pris ici les devants en posant des heures pour aller récupérer mon jeu. En magasin cette fois. Ça ne me sert à rien désormais mais mon esprit est conditionné pour terminer plus tôt aujourd’hui donc je ne touche à rien.

Durant l’installation du jeu et (surtout) d’un bon patch de 7 Go, j’en ai profité pour regarder Brotherhood: Final Fantasy XV, l’animé prenant place avant les événements du jeu, histoire de mettre dans le bien. Sans être un sommet du genre, ça n’en reste pas moins plaisant ; bien plus que Kingslaive: Final Fantasy XV, le film d’animation servant également d’introduction à la présentation des enjeux et des personnages. On ne peut pas dire que Square Enix fait semblant concernant la volonté de donner du crédit à Noctis et ses potes. L’intention est louable en tout cas.

Je vais faire court puisque je n’ai joué qu’une petite dizaine heures pour le moment. Le premier truc qui m’est venu à l’esprit une fois le jeu lancé a été « enfin ». Enfin, (ou plutôt final(ly)), le jeu existe autrement que par ses teasers, teasers trailers et j’en passe. Enfin, on va pouvoir savoir où Square Enix a voulu aller depuis 2006. Enfin, un nouvel opus qui n’a plus de lien avec Lightning (que j’aime bien mais ça va deux minutes). Deuxième constat : c’est beau. Très même. Visuellement, musicalement, c’est très agréable.

En 10 ans, il s’en est passé des choses. En voici 15 d’entre elles :

  • c’est Final Fantasy XII sur PS2 que j’attendais impatiemment après sa sortie au Japon en 2006
  • j’habitais encore chez mes parents
  • je venais de louper ma L1 parce que je m’étais réveillé à la bourre pour les partiels
  • Internet se résumait pour moi à tout sauf Facebook, Twitter et compagnie
  • j’étais « hétéro »
  • Harry Potter n’en était qu’à son quatrième film
  • DLC, season pass et tutti quanti n’e couraient pas les rues dans les jeux vidéo
  • les films de super héros se comptaient sur les doigts d’une main
  • j’allais au cinéma tout les 36 du mois
  • un téléphone ne me servait qu’à appeler et envoyer des messages
  • je n’avais pas de chat
  • je n’étais pas encore transi d’amour pour Zayn
  • je jouais essentiellement sur les consoles Nintendo (ex NSex pur)
  • j’achetais mes jeux à Micromania
  • j’allais sur YouTube uniquement pour regarder des clips et non des vlogs

E3 : le bilan des conférences

C’est plus fort que moi : j’ai beau avoir cessé mon blog dédié uniquement au jeu vidéo que je ne peux m’empêcher de faire un résumé des conférences qui se sont tenues ces deux derniers jours. Alors ça ne sera pas aussi étoffé que les fois précédentes puisqu’au lieu d’un article/conférence, je me contenterai là du jeu qui a capté mon attention à chacune des conférences. Concis mais précis.

fallout-4Bethesda

Premier éditeur à ouvrir le bal à 4:00 du matin dans la nuit de dimanche à lundi, Bethesda a tenu une conférence qui valait le coup de rester éveillé, ne serait-ce que pour voir enfin Fallout 4 tourner. Dommage qu’ils aient gardé le meilleur morceau pour la fin, les bras de Morphée ayant eu un pouvoir d’attraction sur moi suffisamment puissant pour que je m’endorme devant leur première conférence. En attendant la sortie de leur nouveau bébé (10 novembre), leur jeu de gestion Fallout Shelter , application iOS gratuite (et pas infestée d’achats in-app) saura m’occuper, au même titre que guetter la mise en ligne des pré-commandes de la version Collector qui comprendra une réplique du Pip-Boy.

1434391971-5720-cardMicrosoft

Même si je n’ai plus de console Microsoft, il fallait que je regarde la conférence de Microsoft, premier constructeur à s’être jeté dans l’arène. Rise of the Tomb Raider semble être de plus en plus une exclu définitive et il faudra que j’emprunte la One de mon frère pour le faire. Mais le jeu qui m’a le plus bluffé a été Minecraft dans sa version réalité virtuelle. Pour l’innovation plus que l’envie de l’avoir.

18848969385_ec5102de89_bEA

Les jeux de sport ainsi que les FPS ne font pas partie des genres de jeux que j’affectionne particulièrement. Les itérations 2016 de leurs titres m’ont alors laissé de marbre. Le seul jeu qui a retenu mon attention a donc été Mirror’s Edge Catalyst qui signe le retour (attendu) de Faith. Design toujours aussi épuré et acrobaties de parkour semblent toujours de la partie et c’est tout ce qui compte. En espérant un contenu plus généreux que le premier opus et une absence de season pass ou autres choses du genre.

sptfbw_screen_coonfriendsassemble_e3_150615_4pmpt_1434390664Ubisoft

Autant les fuites pré-E3 ont été légion pour les constructeurs comme les éditeurs, autant des surprises ont été de la partie. Et fort heureusement, car l’annonce en début de conférence d’Ubisoft d’un nouvel opus de South Park m’a ravi au plus haut point. South Park: The Fractured Butt Whole de son complet laisse de côté les clans en hommage à Game of Thrones de l’épisode précédent pour rendre hommage aux super-héros type The Avengers. Pas de date de sortie déterminée présentement mais je le surveille de très près.

648x415_square-enix-diffuse-teaser-remake-finaly-fantasy-vii-15-juin-2015Sony

La conférence de Sony aura été celle de toutes les surprises. Ils ont su faire fort de cet évènement pour présenter ce qu’il y aura à boire et à manger dans les semaines/mois/années à venir. Si j’ai été déçu de ne pas voir de date de sortie pour Uncharted 4, l’annonce d’un vrai remake HD de Final Fantasy VII a su pardonner cet impair. Ca donne foutrement envie de refaire le jeu dans les meilleures conditions. C’est pour des conférences comme ça que je me dis que veiller tard pour voir le truc en direct a du bon.

yoshis_wooly_world_imageNintendo

Seul constructeur à ne plus faire de conférence en direct, Nintendo a le temps de préparer son brouillon. Mais malheureusement, pas grand chose à se mettre sous la dent. L’annonce d’un nouveau Starfox ou de l’exploitation sans respect des amiibo ont beau avoir eu leurs moments, c’est Yoshi’s Wooly World qui me fait envie. Et qui sort la semaine prochaine.

maxresdefaultSquare Enix

Kingdom Hearts III, voilà ce qui m’a vendu du rêve durant la première conférence de l’éditeur japonais. En même temps, avec Mickey au programme et vu mon amour pour la souris aux grandes oreilles, rien de surprenant.

Avec tout ça, mon calendrier des achats vidéoludique de là tout de suite maintenant à la fin de l’année ressemble de plus en plus à quelque chose. Si Disney Infinity 3.0 sera mien mais n’est pas daté autrement qu’à la rentrée 2015 (au même titre que Starfox Zero), voilà à quoi mon calendrier ressemble précisément :

  • Yoshi’s Wooly World (Wii U) : 26 juin
  • Until Dawn (PS4) : 26 août
  • Super Mario Maker (Wii U) : 11 septembre
  • Just Dance 2016 (PS4) : 22 octobre
  • Fallout 4 (PS4) : 10 novembre
  • Xenoblade Chronicles X (Wii U) : 10 décembre

Sinon, mon pronostic des annonces qui seraient faites durant les conférences dans mon billet précédent frôle le zéro pointé.

Old & New

Final Fantasy X est sorti en 2002 sur PS2 et Kingdom Hearts aussi. Les versions HD sont sorties cette année pour Final Fantasy et l’année dernière en ce qui concerne Kingdom Hearts. C’est donc plus de dix ans qui séparent les versions d’origine de celles remasterisées. Bien que les jeux aient été terminés à l’époque, c’est un plaisir de les refaire en haute  définition. Le rapport qualité/prix/durée de vie qui fait défaut à beaucoup de jeux n’a pas lieu d’être avec des RPG de cette trempe où une cinquantaine d’heures ne correspondent même pas à la moitié de la complétion du jeu dans sa globalité.

Square

Plusieurs choses à noter entre les versions 2002 et les version HD que voici :

AVANT

  • Ca piquait les yeux graphiquement mais c’était ce qui se faisait de mieux à l’époque
  • Il y avait Squaresoft d’indiqué sur les jaquettes
  • Les systèmes de jeu étaient géniaux
  • Il ne fallait pas perdre sa carte mémoire pour prouver que l’on avait plié le jeu à 100%
  • C’était tout nouveau

APRES

  • C’est tout lissé tout beau
  • Square Enix est maintenant affiché sur les jaquettes
  • Les systèmes de jeu sont toujours géniaux (celui de FF X en tout cas)
  • Les trophées sont là pour montrer que le jeu a été plié dans tout les sens
  • C’est du déjà-vu mais ça tient largement la cadence

J’ai passé une grande partie de mon week-end sur le remake de FF X et ai dû recharger je ne sais combien de fois ma Vita. Les aventures de Tidus ont éclipsé les autres jeux que j’avais sur le feu et qui devront attendre un peu.