Archives du mot-clé pokémon

Non, je n’ai pas d’action chez la Fnac

shut_up_and_take_my_money

Aujourd’hui c’est la rentrée des classes. Bon, j’ai beau ne pas faire mon âge mais je ne suis plus du tout concerné par cela depuis plusieurs années. Et je dois dire que ça ne me manque pas forcément. Mais le mois de septembre permet, un peu comme le début de chaque année de reprendre certaines bonnes habitudes. Une sorte de seconde tentative du respect des bonnes résolutions abandonnées le 2 janvier. Dans un tout autre registre, le soleil va laisser place au vent et à la pluie ainsi qu’à des températures plus supportables. Et ce n’est pas plus mal.

Mais là n’est pas l’objet de cet article. Comme à chaque dernier trimestre de l’année, c’est le moment où les nouveaux jeux (entre autre) se bousculent au portillon. Et il faut alors faire des choix dans la manière dont son argent sera dépensé. D’autant plus qu’à l’inverse de l’année dernière, la Nintendo Switch doit également être nourrie. C’est en regardant mes commandes en attente sur mon compte Fnac que je me suis dit que j’aurai à boire et à manger pour les prochains mois. Sur mes consoles Nintendo car je n’ai rien commandé pour ravitailler ma PS4. Je dois dire que depuis la sortie de la Switch, je l’ai mise de côté.

Mario + Rabbids: Kingdom Battle a initié le début des achats que j’ai l’intention de faire. Entre ce mois-ci et la fin de l’année, mes passages à la Fnac seront l’occasion de venir récupérer les choses suivantes :

  • Rayman Legends: Definitive Edition (Switch)
  • Pokkén Tournament Deluxe (Switch)
  • Pokémon Gold (3DS)
  • Pokémon Silver (3DS)
  • SNES Mini
  • Fire Emblem Warriors (Switch)
  • Super Mario Odyssey (Switch)
  • Pokémon Ultra-Sun (3DS)
  • Pokémon Ultra-Moon (3DS)
  • Pokémon Ultra Dual (3DS)
  • amiibo Goomba
  • amiibo Koopa
  • amiibo Chrom
  • amiibo Tiki
  • amiibo Mario tenue de mariage
  • amiibo Peach tenue de mariage
  • amiibo Bowser tenue de mariage

J’avoue avoir été pris d’un moment de faiblesse en pré-commandant Pokémon Ultra-Sun et Pokémon Ultra-Moon alors que je prends la version les réunissant. Mais que vous voulez-vous, la collectionnite fait partie de moi. Même combat pour Pokémon Gold/Silver que j’ai déjà fait sur GameBoy Color (#coupdevieux) et DS. Mais c’est pas grave. Toujours pour rester dans le thème, la version Switch de Rayman Legends ne sera pas une surprise car je l’ai déjà sur PS4. Mais le mode portable a eu raison de mon compte en banque. En revanche, la version Deluxe de Pokkén Tournament sera l’occasion de le découvrir car j’avais passé mon tour quand il était sorti sur Wii U. Quant aux amiibo, ben voilà quoi.

amiibo

Les jeux vidéo c’est une chose mais il s’avère que j’aime aussi le cinéma. Et côté Blu-Ray, voici ceux que j’ai dans le viseur :

  • Guardians of the Galaxy Vol. 2
  • Kingsman: Secret Service
  • Wonder Woman
  • Homecoming: Spider-Man

A noter que ce seront deux exemplaires du nouveau reboot des aventures de l’homme araignée qui seront mien. La raison est toute « simple » : l’une est spécifique à la Fnac mais ne contient pas le film en 3D. D’où l’achat d’une autre édition comprenant la version manquante dans la première. Dans le cas de Kingsman, bien qu’il soit déjà mien dans sa version classique, une version Steelbook avec des goodies ne se refuse pas.

kingsman

En un mot comme en cent : heureusement que j’ai fait des heure sups ces derniers temps et que j’adore les pâtes. Il faudra juste que je varie les sauces les accompagnant.

When you’re like I have nothing to play LOL

video_gamesComme à chaque fois que j’achète un nouveau jeu, je le fais passer avant les autres même si je n’en ai pas vu la fin. Même si c’est bien sympa de faire des provisions pour les périodes où les sorties ne se bousculent pas au portillon, ça l’est en revanche bien moins quand il s’agit de reprendre un jeu commencé le jour de son achat puis laissé de côté des semaines/mois/années durant. En m’éparpillant sur plusieurs titres à la fois, j’en oublie de voir l’écran de fin de certains.

Ce mois-ci, deux grosses sorties vont encore plus délaisser les jeux que j’ai actuellement sur le jeu : Pokémon Sun/Moon (je pourrais dire Soleil/Lune mais je trouve que les noms anglais claquent mieux) et Final Fantasy XV. J’ai commencé le premier samedi dernier et ma 3DS va connaître des recharges en nombre. Le second sort enfin dans moins d’une semaine après un bout de temps (on va dire ça comme ça).

Dans la mesure où un RPG est synonyme d’au moins une cinquantaine d’heures manette en main, les autres jeux sont généralement mis de côté. Parmi eux, j’ai notamment ceux-ci à boucler :

  • Beyond Good & Evil
  • Dragon Quest VII
  • Hyrule Warrios
  • Kingdom Hearts: Chains of Memories
  • Kirby Mass Attack
  • Oddworld: New ‘n’ Tasty!
  • Outlast (son extension du moins – mais j’ai trop la frousse pour y jouer seul)
  • Pikmin 3
  • Pokémon Conquest
  • Slender: The Arrival
  • The Wonderful 101
  • Xenoblade Chronicles 3D

Et je ne préfère même pas parlé de ceux que je n’ai pas encore commencé (coucou Persona 4: Golden et Kingdom Hearts HD 2.5 ReMIX). En ajoutant les séries télé et les sorties ciné, comme dirait Lorie dans sa chanson Je vais vite : « Que 24h, c’est trop court dans la journée ».

La seule bonne nouvelle à tout ça est que South Park: The Fractured Butt Hole devait sortir le 6 décembre mais qu’il a été repoussé à l’année prochaine. Son report n’est pas une mauvaise chose en fin de compte, ça me laisse du temps pour tenter de terminer une bonne partie des jeux cités plus haut.

Ce titre d’article, un brin pédant, je vous l’accorde est simplement un « hommage » à Kim Kardashian qui avait tweeté un truc du genre. Comme vous pouvez le constater, entre Lorie et Kim Kardashian, ma culture générale est tellement grande que j’arrive à les placer dans un sujet qui est tout juste aux antipodes.

 

Pokémon GO : un mois de chasse

pokémon_go

Voilà maintenant un mois jour pour jour que Pokémon Go est disponible en France. Dire que le jeu se sera fait attendre ne surprendrait personne. Dès son annonce, avec son trailer vendeur de rêve, l’attente était déjà placée très haute. Bon, pour le moment, le trailer tient plus de l’utopie que du reste. Mais l’expérience n’en reste pas moins géniale.

pokémon_go

Lorsque j’ai commencé l’aventure, j’ai pris mon sac à dos, une bouteille d’eau et un brumisateur pour explorer la ville. Je n’avais jamais autant marché dans Nice dans la même journée : je suis allé un peu partout, en solitaire au début, accompagné ensuite. Je n’hésitais pas à discuter les joueurs proches de moi pour avoir des infos sur l’emplacement d’un Pokémon en particulier. Il faut dire que la personne qui joue à Pokémon GO en plein rue se remarque à des kilomètres. Souvent passant de l’écran de son smartphone à ce qu’il y a en face de soi, elle est aussi du genre à avancer dans une direction pour revenir sur ses pas, plus souvent qu’un touriste n’ayant pas emprunté la bonne rue. La batterie de mon iPhone a tenu l’espace de cinq heures avec la luminosité au maximum, soleil oblige. Heureusement, ma batterie externe a pu faire le job le reste du temps.

Comme les versions consoles, je me concentre plus sur l’aspect collectionnite que bataille, ne serait-ce que parce que le système de combat (dans Pokémon GO, pas dans Pokémon XY et consorts) est raté car totalement imprécis et brouillon. Pour la chasse, entre Nice et Monaco, il y a plutôt de quoi faire. J’ai une dizaine de Pokéstop entre chez moi et le boulot et il y a souvent des leurres posés durant les heures de déjeuner. Je mange souvent dehors maintenant d’ailleurs. Je me suis rendu au Jardin Albert 1er (à Nice) à plusieurs reprises et à différentes heures de la journée. Ça ne désemplit pas, de jour comme de nuit. Et je trouve ça bien. Le Jardin Albert 1er se trouve non loin de là où l’on peut venir se receuillir pour les victimes du 14 juillet 2016. Il n’y a pas de débordement où autre bêtise qui sont commises et le fait de voir en permanence du monde sur la Promenade des Anglais montre que l’on n’oublie pas et que l’on continue à vivre. Les gens viennent avec leurs serviettes voire leur chaises pliables pour ceux qui n’aiment pas le contact avec l’herbe. Quoiqu’il en soit, tout le monde est muni de sa batterie externe, alliée indispensable de toute bonne session de chasse qui se respecte.

pokémon_go

pokémon_gopokémon_gopokémon_go

 

 

 

 

 

Les apparitions des Pokémon rares suscitent des réactions assez folles. Cela dit, je dois avouer que ça a son charme de voir une horde de joueurs courir à la rencontre d’un Dracaufeu. Plus que cela, ce sont les réactions des gens alentours qui sont assez amusantes à voir. Il y a en toujours qui sont dans le désespoir le plus total face à cela. Les éternels râleurs face aux phénomènes de masse brandiront le spectre du « parce que tu avais besoin de ça pour parler avec des gens ? ». Mais ils trouveront toujours le moyen de se plaindre face à quelque chose de populaire en étant d’emblée hermétique à la chose. Il n’est pas rare que ce genre de personnes aient pour (vaine) tentative d’argument les nombreux titres de journaux indiquant un accident « à cause » de Pokémon GO. Je les plains plus qu’autre chose.

La chose qui m’a surpris – et dans le bon sens – est sans conteste le fait de voir tout le monde  jouer. C’est très simple : du fan qui attend les nouvelles moutures sur 3DS à celui qui connait Pikachu sans savoir qu’il est l’évolution de Pichu, pas une « catégorie » de personne n’y est pas allé de sa petite session d’essai. Il faut dire que très rares sont les personnes qui ne connaissent pas au moins une poignée de Pokémon de la première génération. Une autre chose que apprécie également, c’est de voir X ou Y parler avec Z alors qu’ils ne se connaissent ni d’Eve ni d’Adam. Je ne compte plus le nombre de personnes avec qui j’ai pu échanger (en français comme en anglais) pour savoir où se trouver tel ou tel Pokémon, de quelle équipe ils font partie (#TeamIntuition FTW). La plupart des joueurs que j’ai pu croiser sont pour la plupart des membres de l’équipe Rouge. Il y a également quelques Bleus. Mais les Jaunes (dont je fais partie) se comptent sur les doigts de la main. La tendance Rouge/Bleue s’est plus ou moins répartie aujourd’hui. Pour les membres de mon équipe, leur nombre est toujours aussi faible et c’est limite si je suis surpris quand quelqu’un me dit en faire partie.

En un mois, voilà ce que mes expéditions ont donné :

  • 124.32 km parcourus (dont une vingtaine le premier jour)
  • 92 Pokémon capturés pour 93 vus (je t’aurai Magmar)
  • 0,99 € dépensés en achat in-app
  • un Pokémon (Flagadoss) avec 1207 PC en bestiole la plus puissante (je n’ai fait évoluer personne)
  • 167716 poussières d’étoile
  • la batterie de l’iPhone qui a dû être rechargé une à deux fois quotidiennement

Je me souviens que jouer à Pokémon était mal vu il y a quelques années. Voir que la tendance s’est inversée est assez rigolo. Être questionné sur un Pokémon par quelqu’un qui ne jure que par les sorties en boîte ou le tuning (j’extrapole) constitue une sorte de revanche sur la vie (là j’extrapole OVER 9000). Non, plus sérieusement, je trouve ça bien que l’on ne parle plus de Candy Crush, que l’on soit spammé par des quémandeurs de vie pour passer au niveau suivant (en attendant une mise à jour en ajoutant 3450). Il est indéniable que Pokémon fait partie de ces choses connues par un bon grand nombre. Le cliché on ne peut plus vu et revu du geek associal restant chez lui et ne sortant que pour aller acheter la nouvelle extension en version Collector de World of Warcraft n’a plus lieu d’être ici.

En trois mots : attrapez-les tous !

Pourquoi l’iPhone 6 (Plus) ne sera pas mien (en tout cas à l’instant T)

Bon, le titre digne d’une news à clic digne d’un site people est simplement là pour faire joli. iPhone 3G, iPhone 4, iPhone 5, iPhone 5c : voici les mobiles de la marque à la pomme que j’ai eu entre les mains. La nouvelle itération du téléphone d’Apple me fait bien envie. Mais je passerai mon tour pour cette année pour prendre la voie des iPhone S. Non, ce n’est pas le fait que le 6 Plus soit trop grand pour rentrer dans une poche (première nouvelle) ou que les révolutions tant attendues par ceux qui ne veulent pas l’acheter (remember le clavier holographique supputé sur l’iPhone 4) ne sont pas là qui font que je n’ai pas sauté dessus en day one. La raison est toute simple : le jeu vidéo.

Ca a commencé avec ces deux-ci reçus cette semaine :

Theatrhythm FF CC

Disney Infinity 2.0

Après avoir reçu Theathrythm Final Fantasy: Curtain Call et Disney Infinity 2.0 (qui seront grosso modo le programme de mon week-end), d’autres titres seront miens dès leur sortie.

Le mois prochain, ce sont pas moins de cinq jeux qui me bottent. Super Smash Bros. va épuiser la batterie de ma 3DS tandis que Bayonetta 2 sera l’occasion de rallumer la Wii U. La PS4 ne sera pas en reste avec Just Dance 2015 pour se déhancher et SingStar Ultimate Party pour le plus grand bonheur de mes voisins. The Evil Within permettra quant à lui de jouer avec la Dual Shock 4 à l’inverse des deux autres jeux.

Super Smash Bros. 3DS

The Evil Within

Just Dance 2015

Bayonetta 2

SingStar Ultimate PartyEn novembre, 3DS et PS4 continueront à tourner. Et la PS Vita sera aussi de la partie. Avec plus précisément Assassin’s Creed Unity, la suite de la suite de la suite du retour et qui se déroulera à la porte d’à-côté. Après The Last of Us Remastered, c’est au tour de GTA V de passer à la moulinette HD 1080p/60fps. Les jeux musicaux ne finissent pas de paraitre avec la sortie de Hatsune Miku Project Diva 2nd. Et en boîte cette fois-ci en Europe, difficile de refuser l’invitation. Au même titre que Pokémon Rubis Omega et Saphir Alpha (ça sera la version Rouge pour moi), remakes des versions parues sur Game Boy Advance il y a 11 ans maintenant. Ah oui quand même.

Assassin's Creed Unity

GTA V

Hatsune Miku Project Diva 2ndPokémon ROSA

Enfin, en fin d’année, c’est Super Smash Bros. sur Wii U qui sera mien. Et qui sera à lui seul la raison pour laquelle la console sur laquelle il tourne est indispensable.SSB UEt je n’ai même pas parlé des figurines pour Disney Infinity et Super Smash Bros. qui sont aussi nombreuses qu’elles font envie. Enfin bref, tout ça pour dire qu’il me sera difficile de pouvoir utiliser mon éventuel iPhone 6 avec tout ces jeux.

 

POKéMON

C’est en discutant de Pokémon au téléphone avec un ami lillois contre lequel j’avais fait des matchs en ligne sur Pokémon Y, que le débat qui aurait pu avoir lieu pour déterminer la meilleure version ne s’est pas produit, car nous étions du même avis sur le fait que Pokémon Or est la meilleure de toutes. Je me suis dans le même temps rendu compte, que non seulement j’ai au moins une version/génération, mais aussi que j’ai commencé la chasse au badge depuis plusieurs années.

Pokémon RBJLes versions qui ont posé la base avec Pokémon Rouge et Bleu ont été un bon moyen pour Alcaline de faire du chiffre d’affaire. Je ne compte plus le nombre d’heures que j’ai pu passer dessus. J’avais eu les deux versions. Tout d’abord, la version Bleue car mes amis avaient la Rouge et que c’était plus pratique pour les échanges. J’avais recommencé le jeu trois fois avec respectivement dans l’ordre, Bulbizarre, Carapuce puis Salamèche en guise de starter. La notice de plusieurs pages et en couleur (l’instant « c’était mieux avant ») préconisait de prendre le bulbe vert pour commencer en douceur. Mais c’était beaucoup facile. Le choix de la tortue bleue correspondait au niveau intermédiaire. Mais je m’ennuyais avec. Et la salamandre au bout de la queue enflammée pour y aller au charbon. Et là, c’était génial. Toutefois, j’avais malheureusement perdu ma cartouche et avait demandé à ma mère de m’acheter la version Rouge pour ne pas avoir l’impression d’avoir deux fois le même jeu.Je me souviens avoir passé des heures dans la forêt de Jade à chercher un Pikachu pour faire comme dans le dessin animé. Ou bien encore de la grotte Sélénite et ses Nosférapti qui jouent les hommes sandwich pour les Repousse. Cette chasse à la souris électrique n’avait plus lieu d’être dans Pokémon version Jaune et c’était très bien comme ça. Je me souviens également de mon premier échange de Pokémon avec un ami et c’était quelque chose de révolutionnaire. Les soluces sur Internet n’existaient pas et c’était un bonheur de voir son Kadabra évoluer en Alakazam sans s’y attendre.

Pokémon Stadium a ensuite déboulé sur Nintendo 64. Sorti la veille de mes 14 ans, cela va sans dire que le jeu faisait partie de mes cadeaux d’anniversaire le lendemain. Le jeu permettait de pouvoir afficher en 3D sur sa télé ses Pokémon durement entraînés sur sa GameBoy une fois sa cartouche insérée dans le Transfert Pak, une sorte de grosse boîte que l’on clipsait au dos de la manette. C’était un régal incommensurable. Défier ses amis sur son écran 36 centimètres et voir ses Pokémon prendre des couleurs en passant de la GameBoy à la N64 faisait plaisir aux yeux. Le jeu n’avait bien évidemment aucun intérêt si l’on avait pas de cartouche. Quoique, les minis-jeux présents permettaient de décompresser après plusieurs combats.

Game_Boy_Color_PikachuSont ensuite sorties les versions Or et Argent. Les meilleures tout simplement. En plus d’une nouvelle ville, le jeu proposait de refaire la quête des huit badges des versions Rouge/Bleu/Jaune et instaurait des nouveautés de choix. Le cycle jour/nuit tout d’abord. Bon alors, il faisait nuit à partir de 18:00 parce qu’il fallait pas veiller trop tard mais je me souviens que les Mélofée apparaissaient seulement le lundi soir. L’apparition de la pension Pokémon ensuite. Savoir que les Pokémon peuvent donner naissance à une nouvelle espèce parce qu’ils s’entendent bien ensemble (alias « ils ont fait l’amour » version Nintendo) a permis de constater que Pichu est trop mimi. Exit les Pokémon unisexes également. Bien que les prémices de la chose aient été initiés avec Nidoran en version mâle et femelle dans la génération initiale, c’est cette nouvelle fournée de Pokémon qui a mis au goût du jour la présence du sexe pour les Pokémon. Je me souviens qu’il y avait une chance sur quatre d’avoir un starter de sexe féminin et qu’une sauvegarde avant la sélection du starter s’imposait pour espérer en décrocher un. C’est d’ailleurs Kaiminus, le Pokémon eau qui a été mon starter. L’apparition des Pokémon shiny a également été lancée avec le Léviator rouge. La version complémentaire qu’était Pokémon version Cristal a introduit la possibilité de jouer avec une fille.

Pokémon Stadium 2 a ensuite fait son arrivée. C’était la même chose que le premier mais pour les versions Or, Argent et Cristal. L’effet « ouah » n’était plus là mais le jeu restait toujours aussi indispensable pour qui voulait profiter du grand écran pour faire des combats.

wpid-Pokemon-G3-610x3251La troisième génération de Pokémon avec les versions Rubis, Saphir et Emeraude sont celles sur lesquelles j’ai passé le plus de temps. J’ai eu les trois versions et j’avais 927 heures au compteur rien que sur la version avec Kyogre. Les raisons de ce nombre d’heures importantes : les amis. Tout mon entourage socialement parlant disposait à cette époque d’une Game Boy Advance (classique ou SP) et il était possible de pouvoir ériger une base secrète au sein du jeu. Concrètement, il était possible d’avoir son petit chez soi dans le jeu et il suffisait de faire un échange de données avec ses amis via le câble Link pour que leur base de secrète apparaisse dans sa cartouche. Avec ça, il était possible de visiter la maison de chacun, et surtout, de pouvoir, une fois/jour, de pouvoir affronter ses amis dans un combat Pokémon. Un excellent moyen de pouvoir entraîner ses bestioles. Pour ces versions, c’est Gobou, le starter eau qui a remporté mon adhésion. La version complémentaire, la version Emeraude, est celle que je possède encore.

Un flashback a eu lieu avec le remake des versions d’origine avec les versions Rouge Feu et Vert Feuille (au Japon, il y avait eu Pokémon version Verte). C’était le même jeu qu’avant mais avec une refonte graphique (l’ajout des couleurs pour commencer) et des animations plus travaillées. C’est la version Rouge Feu qui a été mienne parce que Dracaufeu a plus de classe que Florizarre. Côté console de salon, c’est Pokémon Colosseum sur GameCube qui a également été fait. C’était vraiment sans plus mais jouer à un Pokémon en 3D faisait vraiment plaisir. Malgré que le jeu était très répétitif, inintéressant au niveau de son scénario qui se voulait beaucoup trop sérieux et de ses combats à foison. Cela ne m’a pas empêché de faire sa suite, Pokémon XD (ce n’est pas une blague, le jeu s’appelle vraiment comme ça) qui était similaire en tout point. Mais il y avait écrit Pokémon sur la boîte donc je faisais fi de l’avalanche de défauts.

Pokémon 4GPour la quatrième génération de Pokémon avec Diamant, Perle et Platine, c’était assez particulier. Je ne voulais pas attendre plusieurs mois avant de pouvoir mettre les mains dessus et j’ai donc commandé en import japonais la version Perle, six mois avant sa sortie européenne. Je n’y comprenais rien mais je jouais au tout nouveau Pokémon et c’était juste génial. Bien que les jeux Pokémon ne soient pas des incontournables au niveau de leur scénario, ça parle quand même beaucoup. Il fallait dont que je teste toutes les attaques pour savoir à quoi elles correspondaient et j’étais constamment sur Internet où des sites de passionnées avaient fait une soluce, idéale pour ne pas être perdu. J’ai passé la sortie américaine pour acheter la version Diamant lors de sa sortie en France. Et bien que je connaissais déjà les lieux, j’ai tout de même passé plus de deux cents heures dessus. Il faut dire aussi que l’arrivée du jeu en ligne a apporté une dimension mondiale aux échanges. Fini le câble Link, en local le tout se fait en infra rouge et il était possible d’échanger et de faire des combats Pokémon avec mes amis qui vivaient loin de moi et qui ont été mes contacts favoris sur feu MSN. Les échanges via la GTS où l’on pouvait déposer un Pokémon en demandant un autre en échange était un moyen idéal de pouvoir faire des échanges plus facilement avec n’importe qui. Déposer un monstre de poche et revenir à la GTS (pour Global Trade Station) quelques minutes ensuite avec la demande d’obtention d’un Pokémon qui s’est vue être exaucée faisait son petit effet. Comme pour les générations 2 et 3, c’est Tiplouf le pingouin qui a été mon starter favori. Ayant un pingouin en guise de doudou, c’était évident en même temps. Cette génération est la seule où j’ai encore les trois versions.

Les remakes des versions Or et Argent ont ensuite vu le jour sur Nintendo DS dans Pokémon version Heart Gold et Pokémon version Soul Silver. Comme à l’époque, c’est la version avec Ho-oh sur la jaquette qui a été mienne. Le jeu était tout aussi réussi que celui dont il est tiré et l’ajout de nouveaux Pokémon rendait la redite moins similaire sur tout les plans. Un Pokéwalker était inclus avec le jeu et n’était rien de moins qu’un podomètre qui permettait de pouvoir trimballer un de ses Pokémon avec soi pour récolter de nouveaux objets. Je n’ai jamais autant pris les escaliers que lorsque j’avais ce truc dans mon sac.

Pokémon 5GLa cinquième génération a été la seule qui a vu le jour sur la même console que la précédente et qui a eu droit à deux versions complémentaires. Deux versions : Noir et Blanc. Une version complémentaire : Noir 2 et Blanc 2. Originalité dans les noms. Ce sont les versions noires qui ont été miennes et le starter feu qui m’a accompagné à deux reprises. La formule reste la même, fonctionne toujours autant mais commence à accuser le coup. La faute à quoi, je ne le sais. Je n’ai jamais considéré la saga comme un jeu pour les mioches qui n’ont même pas deux chiffres en guise d’âge, le jeu regorgeant de possibilités variées. Non, mon entourage n’y jouait plus du tout et le mode en ligne fonctionnait bien mais les déconnexions se faisaient dès lors que la défaite s’approchait. Ca ne m’a pas empêché d’apprécier les versions quoiqu’il en soit mais il n’y avait plus cette magie des débuts.

Pokémon G6La sixième génération de Pokémon représentée par les versions X et Y est disponible depuis octobre dernier et j’avoue avoir été plus ou moins déçu. Alors que j’érigeais ces nouvelles versions comme jeu de l’année 2013, il n’en est finalement rien. Alors oui, le jeu adopte enfin une vue 3D et les Pokémon ont tous été remodélisés. Plus de 700 Pokémon sont à obtenir pour espérer compléter le Pokédex et le jeu regorge d’encore plus de possibilités avec l’ajout d’un nouveau type. Mais même si l’aventure était toutefois excellente, mon temps de jeu est d’une cinquantaine d’heures (contre deux fois plus sur lé génération antérieure). Le gros défaut de ces nouvelles itérations est simple : les quêtes post victoire de la Ligue Pokémon n’existent pas. Dans les anciennes versions, c’était une fois la Ligue vaincue que l’aventure commençait véritablement. Ici, il y a au mieux des challenges sans grand intérêt, ou en tout cas pas aussi mémorables que dans les versions Or et Argent. Une version avec toutes les régions existantes serait une chose qui marquerait le coup mais il semble que Nintendo veuille se contenter du minimum. Les combats en ligne sont toujours de la partie et, Internet oblige, il est beaucoup plus facile maintenant de trouver des adversaires contre qui disputer quelques matchs.

Néanmoins, la saga Pokémon est l’une sur lesquelles j’ai passé le plus d’heures. Le jeu est riche de combinaisons possibles pour les affrontements et chacun peut y trouver son compte. Mon but quand je joue à n’importe quelle version est plus particulièrement de tous les attraper plutôt que de faire des combats frénétiques. Mon amour pour les choses ordonnées fait que mes boîtes sont rangées bien comme il faut avec les Pokémon rangés par numéro dans le Pokédex National. Avoir vu tout les épisodes de Monk laisse des restes. Alors même si la base reste la même et que Nintendo la fait évoluer par à-coups, je sais pertinemment qu’au moment de l’annonce d’une nouvelle génération, deux questions se poseront : celle de la version que je choisirai et quel starter aura le privilège d’être entraîné par ma personne.