Archives du mot-clé écriture

Confessions Intimes

Day OneTout a commencé quand j’étais au collège et que ma prof de français nous avait donné pour devoir maison de tenir un journal sur nous. J’avais eu une bonne note et j’avais pris énormément de plaisir à le faire. Tellement que je l’ai encore. Ma prof de français était d’ailleurs du genre super à cheval sur l’orthographe (encore heureux) et à chacune des dictées, elle faisait venir au tableau la personne qui avait eu la meilleure note pour corriger la première phrase, puis la deuxième personne qui avait obtenu la deuxième meilleure note, et ainsi de suite. J’étais toujours le premier à passer au tableau. Je me souviens même une fois n’avoir eu « que » 17/20 à cause du mot « incurvé » que j’avais écrit « un curvé ». J’ai alors appris l’existence de ce mot et acquis une volonté de vouloir toujours écrire correctement. Ca, c’était pour la petite histoire.

Les années allant, je me suis surpris à continuer à vouloir parler de moi, que ce soit à l’écrit avec un journal intime ou par mes anciens blogs. Ca fait certes un peu égocentrique mais c’est toujours amusant de relire ça plus tard. En jetant un oeil sur le journal que ma prof de français m’avait demandé de rédiger, j’y avais inscrit que Shigeru Miyamoto (le papa de Mario, Donkey Kong et Zelda) était la personne que je voulais rencontrer parce que j’aimais (et j’aime toujours en fait) ses jeux.

La technologie aidant, c’est maintenant via l’application Day One que j’y écris ce que j’ai fait de mes journées. Et ça fait exactement un an tout pile que je m’y suis mis. Comme un journal qui nécessiterait une clé pour être ouvert, ici c’est un mot de passe à quatre chiffres qui doit être entré pour accéder aux résumés de chacune de mes journées.

Day One app

Et parce qu’intime ne veut plus dire grand chose pour les personnes qui me suivent sur Twitter et compagnie (dans la limite du raisonnable, je vous vois venir), voici ce que j’avais écrit le 20 juillet de l’année dernière.

Day One 20/7/13

Aujourd’hui, j’ai pris l’avion pour aller à Paris. La dernière fois que j’ai pris l’avion remonte à il y a plusieurs années et j’avoue avoir eu une légère appréhension (merci Final Destination). Le trajet était plus rapide que je ne le pensais, j’ai tout juste eu le temps de fermer les yeux et d’écouter de la musique que j’étais déjà arrivé.

Une fois arrivé à l’aéroport Charles de Gaulle, j’ai pu mettre en pratique mes connaissances en anglais en aidant un estonien à aller à Châtelet. L’application Métro Paris m’a d’ailleurs bien rendu service pour le coup. Parler anglais c’est cool en fait, j’avais l’impression d’être devant une série télé sans les sous-titres. Bon par contre, il a cru que j’avais 21 ans. Juste avant de prendre le RER, la femme au guichet me donnait moins de 25 ans en me disant que j’avais droit à des réductions pour avoir moins de cet âge. La casquette Mickey que je portais n’est probablement pas étrangère à cela. Mais j’aime bien.

Une fois arrivé chez la famille, nous sommes allés à la Fête des Loges, du côté de je sais plus où mais suffisamment loin pour que l’autonomie de mon iPhone en prenne un coup. Une fois sur place, on a tous fait des tours d’autos-tamponeuses et j’aurais pu y claquer une bonne partie de mon argent tellement j’avais oublié que c’était fendard. La batterie de l’iPhone étant ce qu’elle est, il s’est éteint automatiquement sur le trajet du retour.

Donc toi qui me lis, sache que tu as potentiellement la chance de figurer, à un moment où à un autre, dans les 364 autres jours restants et/ou ceux à venir. Oui oui.