Archives pour la catégorie #gaming

Mes prochaines précos à la Fnac (ou ailleurs)

Comme tout les ans à cette période de l’année, le passionné de jeu vidéo que je suis arpente plusieurs sites sur le sujet pour avoir le plus d’informations possible sur les prochains jeux à venir. C’est en effet en ce moment même qu’a lieu l’E3, le plus grand salon du genre. Un rêve éveillé pour les personnes qui ont pu y mettre les pieds (Hugo, si tu me lis, sache que je t’ai vu à deux reprises durant l’opening de la conférence Ubisoft). Si quelques années en arrièr, l’E3 permettait d’avoir des annonces exclusives, depuis peu, l’événement permet de confirmer les rumeurs survenues peu de temps avant. Je ne vais pas la jouer « c’était mieux avant » mais vous voyez le genre. Toujours est-il que les conférences des différents constructeurs sont toujours quelque chose de particulier. Pour le meilleur comme pour le pire.

Voici les jeux qui ont retenu mon attention et qui occasionneront des mouvements sur mon compte bancaire.

A901628F-F750-4DA3-8E26-C89973CE2A14

BCAAE309-4C1A-4531-9A1F-6367EDA65E803C2668AF-E806-447D-82B9-E7CEB096AA1A7C33F3FE-E5C4-4D99-B3F0-1DA58D60647A172DEC01-24EC-4DEC-A7AB-207EBF22F01FCC5578F9-9689-4C7C-9399-86AEAE6B35C6

Xenoblade Chronicles 2: Torna – The Golden Country, Super Mario Party, Pokémon Let’s Go Pikachu (mon choix est fait quant à la version que j’achèterai), Super Smash Bros. Ultimate, Resident Evil 2 Remake, Kingdom Hearts III, The Last of Us Part II. Voici les sept jeux qui ont retenu mon attention. Quatre jeux Switch et trois sur PS4. Les quatre premiers (les jeux Switch justement) seront disponibles entre septembre et décembre, le reste ce sera pour l’année prochaine.

Secret of Mana : pas de secrets entre nous

secret_of_mana_1Je pourrais vous parler pendant des heures de Secret of Mana (Seiken Densetsu 2 au Japon). Dans sa version SNES. Le nombre incalculable d’heures que j’ai pu passer dessus avec mon frère, ses musiques mémorables et j’en passe, c’est clairement LE jeu qui m’a marqué au fer rouge quant à la passion toujours intacte que je peux avoir pour les jeux vidéo au jour d’aujourd’hui. Quand un remake sur PS4 a été annoncé, je suis passé de l’excitation à l’incompréhension en voyant les premières images du jeu. Impossible malgré tout de faire l’impasse dessus (d’autant plus que la Fnac offrait 20 € en chèques cadeaux pour toute pré-commande).

Secret of Mana a un scénario simpliste mais prenant. Après être parvenu à ôté l’épée Mana de son socle, le jeune Randy a provoqué un cataclysme sans précédent. Le seul moyen d’empêcher que la situation empire est alors de partir à la recherche des huit graines Mana pour redonner à l’épée sa puissance ancestrale et venir à bout de Thanatos et ses sbires. Dans les grandes lignes, ça donne ceci. secret_of_mana_2Au chapitre des bons points rappelant la cartouche SNES, la mini map pour se repérer reprend les graphismes de l’époque en pixels mignons comme tout. Comme avant, il est possible de jouer à 3 en local. Oui en local et non en online. Le jeu n’aurait pas la meme saveur en ligne. Le fait que le jeu propose un doublage anglais et japonais pour les persos (PNJ compris) est également une plus value qui ne se refuse pas.

Au niveau des ajouts interessants, il y a quelques dialogues supplémentaires entre les trois persos principaux. Ils sont plutôt anecdotiques mais ont le mérite d’exister.  La bande son est passée à la moulinette de la réorchestration. Pas forcément pour le meilleur mais Square-Enix ne s’est pas contenté d’une simple transposition de la version SNES. Il y aussi une encyclopédie rececensant tout les monstres du jeu. Un peu comme le guide qui était fourni avec à l’époque mais consultable directement depuis le jeu. secret_of_mana_2Concernant les points négatifs, la qualité graphique est incontestablement le gros point noir. Le jeu est répugnant visuellement. La mouture 2018 ressemble à un de ces trop nombreux jeux génériques qui pullulent sur l’App Store et sent le F2P bon marché. Ensuite, les mécaniques du jeu sont identiques à la version d’origine. Pour pouvoir s’équiper d’une arme ou lancer un sort par exemple, il fallait passer par une multitude de menus. Et aujourd’hui, en plus de casser l’action, c’est tout sauf intuitif. Pas specialement difficile avant, cette version remasterisée est encore plus facile.

Secret of Mana est un mauvais A-RPG pour qui decouvrirait le jeu aujourd’hui. Graphiquement banal et doté d’un système de jeu tout sauf ergonomique, il n’a pour lui que l’avantage de pouvoir être fait à plusieurs sur la même console. À l’ancienne. Les personnes qui ont connu la version d’origine sauront lui pardonner ses trop gros défauts sans retrouver malheureusement le même plaisir qu’à l’époque. Le remake est plutôt mollasson et donnera, au mieux, l‘envie de rebrancher sa SNES.

Et pour éviter de donner une note comme à l’école, mon ressenti sur le jeu en un gif :

E77B02BA-1093-4CFB-9000-536C88EF1F39

La Nintendo Switch a un an

La Nintendo Switch est déjà sortie il y a maintenant un an. Après la Wii U qui n’a pas su me transcender comme je le pensais, le retournement de veste est total avec la console de salon portable de la firme à Mario. Je vais passer les caractéristiques techniques et tutti quanti en disant vulgairement que la Switch est ce que la Wii U promettait d’être : une console de salon qui permet de poursuivre sa partie même la télé éteinte. Le contrat était respecté à moitié puisque la chose fonctionnait pour peu de se trouver à quelques mètres de la console. Et ce n’était pas plus mal au final car la fameuse mablette ne ressemblait pas à grand chose, en plus de ne pas être ergonomique. Au même titre que l’interface simple et efficace de la console, Nintendo a su cette fois-ci communiquer bien comme il faut le concept de la Switch. Je ne vais pas tourner autour du pot mais je n’ai pas été autant conquis par une nouvelle console depuis la/le Nintendo Game Cube. Mon temps de jeu sur Switch est déjà supérieur à celui de la Wii U. Et j’ai déjà plus de jeux sur Switch que sur la précédente console de Nintendo. L’achat d’une carte SD va par ailleurs s’avérer nécessaire, la faute à une mémoire interne rachitique. nintendo_switch_jeux_1 Les jeux justement sont variés dans les genres et un bon nombre sont déjà des indispensables. Impossible de tne pas commencer par citer The Legend of Zelda: Breath of the Wild (aka mon GOTY 2017) qui, s’il a pu diviser les aficionados de la saga, n’en reste pas moins une prise de risque qui s’est avérée payante.  Même Mario Kart 8 Deluxe, pourtant déjà paru sur Wii U, est un incontournable, le côté portable étant un immense bonus en sa faveur. Au chapitre des suites qui ont su réitérer l’essai, Splatoon 2 est également un incontournable. Côté jeux indépendants, la Switch semble être devenue la nouvelle PS Vita avec une pléthore de pépites à télécharger… ou bien à retrouver en boîte quelques mois plus tard pour un peu plus cher. Team support physique pour le coup. J’utilise essentiellement la Switch en mode portable. Même chez moi, la télé tournant en grande partie pour diffuser des vidéos sur YouTube. Je joue parfois en mode télé mais c’est moins fréquent. Autant The Legend of Zelda: Breath of the Wild passe bien colle il faut en mode portable, c’est une toute autre histoire concernant Xenoblade Chronicles 2 qui picote pas mal sur l’écran de la Switch. En mode télé en revanche, le rendu est bien meilleur. Concernant le mode sur table, j’y ai joué par petites sessions, et notamment à 1-2 Switch. C’est toutefois le mode idéal pour des sessions sur le pouce qui n’étaient pas prévues. Et à ce sujet, 1-2 Switch et Puyo Puyo Tetris excellent en la matière. nintendo_switch_jeux_2 L’ère Wii/Wii U est morte et enterrée. Le motion gaming et le gameplay asymétrique sont désormais du passé. Et c’est tant mieux. La cadence des sorties sur Switch est assez régulière pour avoir à boire et à manger. Si 2017 a enchaîné les sorties au point d’avoir parfois du mal à suivre, 2018 semble parti pour suivre le même chemin. Autre bon point : les éditeurs tiers répondent à l’appel. C’est tout bête mais les jeux déconseillés aux moins de 18 ans n’étaient pas monnaie courante, et voir Outlast sur une console Nintendo a de quoi surprendre. Prochaines cartouches à surveiller : Nintendo Labo. Intrigué je suis mais je vais patienter le temps de voir ce que cela va donner. Et Dark Souls a été pré-commandé. La Nintendo Switch est une console qui tient ses promesses. Le côté console de salon portable fonctionne aussi simplement que prévu et c’est toujours impressionnant de voir des gros jeux tourner dans les paumes de ses mains. Le succès est au rendez-vous et, tout fanboyisme à part (ce mot n’existe pas mais tant pis), celui-ci est mérité. Point de TRUE 4K ou de résolution supérieure à 1080p comme chez Sony et Microsoft, Nintendo joue dans une autre cour. Et c’est très bien comme ça.

Xenoblade Chronicles 2 mon amour

xenoblade_chronicles_2_1Le Père Noël a déposé Xenoblade Chronicles 2 au pied du sapin il y a quelques jours. Dans sa version collector en plus. Mais point d´unboxing dans cet article mais simplement mon ressenti sur le jeu après un peu moins d’une vingtaine d’heures dessus.

Alors pour commencer : j’ai joué au premier épisode de la série dans sa mouture New 3DS, avant de lâcher l’affaire, la petitesse des écrans de la console rendant les actions illisibles. J’ai beau avoir essayé à plusieurs reprises et le constat est sans appel : j’ai autant joué sur 3DS en l’espace de deux ans qu’à sa suite sur Switch en trois jours. Je n’ai pas touché à Xenoblade Chronicles X sur Wii U. Fort heureusement, il n’y a pas de lien entre chacun des opus.

xenoblade_chronicles_2_2

Le scénario de Xenoblade Chronicles 2 est des plus simplistes. Rex veut aider Pyra à atteindre l’Elysium, sorte de Terre promise. Voilà ce que ça donne dans les grandes lignes. Si aller d’un point A à un point B semble aisé, le chemin sera semé d’embûches. La grande force du jeu n’est donc pas dans son scénario (je ne suis pas à l’abri d’un rebondissement) ou bien même ses personnages qui ne soulèvent pas les foules niveau charisme (mais qui sont quand même attachants). Idem concernant les graphismes qui datent (et c’est pire en mode portable). Non, ce qui fait que j’adore ce titre, cest le nombre impressionnant de choses à faire. Entre les quêtes annexes qui sont plus prenantes que celles de Final Fantasy XV ou bien la personnalisation accrue des caractéristiques de ses persos, il y en a pour un bon moment à tenir la manette en main. Le système de combat est également dynamique comme il faut. Bon, je n’en ai pas encore saisi toutes les subtilités mais je ne m’ennuie pas quand il y en a, en allant même parfois (souvent) au front de mon plein gré. Mais le gros point fort est l’impression de liberté que procure le jeu. Les zones dans lesquelles se déplacer sont tout bonnement gigantesques. L’aventure est captivante et rien que pour ça, les nombreux défauts cités plus haut n’entachent en rien le plaisir que je prends à y jouer.

470EFF81-04FF-44C2-BDBD-8E3707EFBD86

Je n’ai jamais eu autant envie d’interrompre ce que je faisais pour y jouer depuis Final Fantasy XII. Et ce n’est pas pour jouer les VRP de la Switch mais pouvoir jouer n’importe où à un jeu de cette envergure fait son petit effet.

Si la Switch avait commencé sans faire dans la demi-mesure avec The Legend of Zelda: Breath of the Wild, Xenoblade Chronicles 2 conclut l’année de la console d’une manière magistrale. Et la console n’a même pas encore soufflé sa premie bougie.

 

Switch Switch Bish

switch

La Switch est maintenant sortie il y a un peu plus de 6 mois. Que ça passe vite. Pour les quelques personnes qui ne savent pas ce que c’est, c’est très simple : c’est ce que la Wii U aurait dû être à la base. Mais oui, souvenez-vous de la précédente console de salon de Nintendo avec sa tablette en plastique et son gameplay « asymétrique » qui a très vite montré ses limites.

En une moitié d’année, ma ludothèque sur cette console est celle-ci* :

  • The Legend of Zelda: Breath of the Wild
  • 1-2 Switch
  • Just Dance 2017
  • Mario Kart 8 Deluxe
  • Splatoon 2
  • Mario + Rabbids: Kingdom Battle
  • Rayman Legends: Definitive Edition

Concernant les jeux dématérialisés, je possède ceux-ci :

  • Snipperclips
  • Fast RMX
  • Flip Wars
  • Dark Witch Music Episode: Rudymical
  • Kamiko
  • Sonic Mania

Depuis le 3 mars 2017, j’ai totalement délaissé la PS4. Je n’ai d’ailleurs même pas reconduit mon abonnement au PSN+ dans la mesure où cela serait dépenser de l’argent inutilement. La possibilité de pouvoir jouer où je veux est clairement ce qui me séduit le plus. J’utilise d’ailleurs la Switch la plupart du temps en mode portable, et ce même chez moi. Idéal pour jouer tout en regardant des vidéos sur YouTube notamment.

La dernière partie de l’année est également riche en sorties avec en moyenne un jeu qui m’intéresse sur cette console/mois. Ce qui n’est pas, à l’inverse de mon compte en banque, pour me déplaire.

* entre le moment où cet article est rédigé et où il sera posté, Pokkén Tournament DX devrait rejoindre la liste des jeux en support physique de ma collection. Cela dépendra de la Fnac.
* Bomberman R n’est pas à moi

Non, je n’ai pas d’action chez la Fnac

shut_up_and_take_my_money

Aujourd’hui c’est la rentrée des classes. Bon, j’ai beau ne pas faire mon âge mais je ne suis plus du tout concerné par cela depuis plusieurs années. Et je dois dire que ça ne me manque pas forcément. Mais le mois de septembre permet, un peu comme le début de chaque année de reprendre certaines bonnes habitudes. Une sorte de seconde tentative du respect des bonnes résolutions abandonnées le 2 janvier. Dans un tout autre registre, le soleil va laisser place au vent et à la pluie ainsi qu’à des températures plus supportables. Et ce n’est pas plus mal.

Mais là n’est pas l’objet de cet article. Comme à chaque dernier trimestre de l’année, c’est le moment où les nouveaux jeux (entre autre) se bousculent au portillon. Et il faut alors faire des choix dans la manière dont son argent sera dépensé. D’autant plus qu’à l’inverse de l’année dernière, la Nintendo Switch doit également être nourrie. C’est en regardant mes commandes en attente sur mon compte Fnac que je me suis dit que j’aurai à boire et à manger pour les prochains mois. Sur mes consoles Nintendo car je n’ai rien commandé pour ravitailler ma PS4. Je dois dire que depuis la sortie de la Switch, je l’ai mise de côté.

Mario + Rabbids: Kingdom Battle a initié le début des achats que j’ai l’intention de faire. Entre ce mois-ci et la fin de l’année, mes passages à la Fnac seront l’occasion de venir récupérer les choses suivantes :

  • Rayman Legends: Definitive Edition (Switch)
  • Pokkén Tournament Deluxe (Switch)
  • Pokémon Gold (3DS)
  • Pokémon Silver (3DS)
  • SNES Mini
  • Fire Emblem Warriors (Switch)
  • Super Mario Odyssey (Switch)
  • Pokémon Ultra-Sun (3DS)
  • Pokémon Ultra-Moon (3DS)
  • Pokémon Ultra Dual (3DS)
  • amiibo Goomba
  • amiibo Koopa
  • amiibo Chrom
  • amiibo Tiki
  • amiibo Mario tenue de mariage
  • amiibo Peach tenue de mariage
  • amiibo Bowser tenue de mariage

J’avoue avoir été pris d’un moment de faiblesse en pré-commandant Pokémon Ultra-Sun et Pokémon Ultra-Moon alors que je prends la version les réunissant. Mais que vous voulez-vous, la collectionnite fait partie de moi. Même combat pour Pokémon Gold/Silver que j’ai déjà fait sur GameBoy Color (#coupdevieux) et DS. Mais c’est pas grave. Toujours pour rester dans le thème, la version Switch de Rayman Legends ne sera pas une surprise car je l’ai déjà sur PS4. Mais le mode portable a eu raison de mon compte en banque. En revanche, la version Deluxe de Pokkén Tournament sera l’occasion de le découvrir car j’avais passé mon tour quand il était sorti sur Wii U. Quant aux amiibo, ben voilà quoi.

amiibo

Les jeux vidéo c’est une chose mais il s’avère que j’aime aussi le cinéma. Et côté Blu-Ray, voici ceux que j’ai dans le viseur :

  • Guardians of the Galaxy Vol. 2
  • Kingsman: Secret Service
  • Wonder Woman
  • Homecoming: Spider-Man

A noter que ce seront deux exemplaires du nouveau reboot des aventures de l’homme araignée qui seront mien. La raison est toute « simple » : l’une est spécifique à la Fnac mais ne contient pas le film en 3D. D’où l’achat d’une autre édition comprenant la version manquante dans la première. Dans le cas de Kingsman, bien qu’il soit déjà mien dans sa version classique, une version Steelbook avec des goodies ne se refuse pas.

kingsman

En un mot comme en cent : heureusement que j’ai fait des heure sups ces derniers temps et que j’adore les pâtes. Il faudra juste que je varie les sauces les accompagnant.

Mario Kart 8 Deluxe : le Menu Maxi Best Of de la série

mk8dSi l’on me demande quel est mon jeu favori sur Wii U, c’est Mario Kart 8 qui serait cité. Quand Nintendo a annoncé sa ressortie en version Maxi Best Of sur Switch, je l’avais un peu mauvaise tout en sachant que le jeu serait mien en day one.

En dehors de pouvoir rejouer au meilleur Mario Kart n’importe où (il a détrôné Mario Kart 64 dans mon cœur), cette mouture Switch n’est pas une copie conforme de la version Wii U. Le principal changement est sans contestes la présence d’un vrai mode Battle. Que je n’ai jamais lancé sur Wii U quand j’ai su que les arènes étaient en fait les courses du jeu. Là, on revient aux arènes fermées, à l’ancienne. Et avec des modes de jeu supplémentaires à l’intérêt variable. Bon, c’est un joyeux bordel sans nom maintenant que l’on peut peut se retrouver jusqu’à 12 (trois fois moins au maximum à l’époque). Mais ça permet de varier les choses entre deux courses.

mk8d_1

Le mode Battle a été revu et corrigé, et c’est tant mieux. En revanche, il n’y a aucun changement dans le mode principal. Le contenu de base est consistant et directement débloqué (48 courses – les 32 de base + les 16 qui étaient en DLC). L’ajout de nouvelles courses (même d’anciennes versions) n’aurait pas été de trop, ne serait-ce que pour le plaisir de refaire certains circuits (Wario Stadium, mon fav).

En dehors des modes de jeu, des nouveaux persos issus de Splatoon rejoignent le casting déjà conséquent qui vendrait du rêve à n’importe quel jeu de baston. Le boost se voit attribuer un niveau supplémentaire pour le plus grand plaisirs des aficionados des dérapages contrôlés, tandis que les nouveaux venus pourront jouer avec la direction assistée pour ne pas pouvoir tomber dans le vide ou rater les courbes de la course. Grande absente depuis Super Mario Kart, la plume fait son retour parmi les objets disponibles (mais reste exclusive au mode Battle). Comme dans Mario Kart Double Dash, il est possible d’avoir deux objets simultanément (sans pouvoir cette fois-ci les utiliser dans l’ordre de son choix). Ce pot pourri fonctionne à merveille et ne rend l’ensemble que plus agréable.

mkd_2

 

Mario Kart 8 Deluxe permet à la Switch d’avoir, après Breath of the Wild, un second incontournable. Alors oui, ces deux jeux ne sont pas des exclus. Mais il n’empêche que pouvoir faire quelques courses sur le pouce procure son petit effet. En utilisant son smartphone en tant que modem, il est possible de pouvoir jouer contre le reste du monde n’importe où. Les sempiternels retards des TGV inOui paraîtront moins pénibles.

mk8d_3

Si vous avez fait l’impasse sur la version Wii U, vous aurez là le Mario Kart à posséder sans hésiter. Si vous avez poncé la version amputée du suffixe Deluxe, cela dépendra de votre temps passé dessus. Repasser à la caisse pour un jeu qui a pris la poussière depuis trop longtemps est assez maso dans l’esprit. Et si, pour peu que ça existe, ce sera votre première fois, vous aurez l’occasion de découvrir le huitième épisode d’une licence qui a fait naître un genre à part entière.

Comme le veut la tradition, voici mon avis sur le jeu en un gif :

south_park

 

3/3/2017

 

nintendo_switch

C’est après une nuit blanche durant laquelle j’ai joué à Hatsune Miku Project DIVA Future Tone au casque pour ne pas réveiller les voisins, que Nintendo a tenu sa toute première conférence concernant la Nintendo Switch. Pour les trois du fond qui ne seraient pas au courant, cette nouvelle succédera à la Wii U dans moins de deux mois. C’est donc à 5:00 que le tout a commencé. Et à l’heure qui plus est.

Les points que j’ai retenu de cette heure de conférence assez mou du genou sont les suivants :

  • elle sort le 3 mars
  • la conversion €/$ n’est – as always – pas faite. 299$ deviennent 329 €
  • le nouveau Mario m’a vendu du rêve comme jamais
  • le nouveau Zelda sera bien au lancement (le reste du lineup est anecdotique)

Grand faible que je suis, j’ai pré-commandé la console. Par chance, j’avais posé des congés qui ont lieu durant la sortie de la machine. Je pourrai alors jouer toute la journée. Grand faible que je suis – la suite, je devais rentrer de Paris le 3/3 au soir ;  j’ai avancé la date de mon retour à la veille pour faire partie de ces Nsex (on n’oublie pas d’où l’on vient)  l’ayant en day one.

amazon_switch

La console (dans sa version grise au niveau des Joy-Con) sera mienne avec The Legend of Zelda: Breath of the Wild. Les autres jeux du lancement (qui se comptent sur les doigts d’une main) ne m’intéressent guère. Excepté 1-2 Switch, c’est assez famélique question originalité.  Et puis plein pot, c’est même pas envisageable l’once d’un instant. Le facteur prix sera également décisif en ce qui concerne Arms et Super Bomberman R, qui passeraient difficilement à une cinquantaine d’euro. Les éditeurs tiers ne sont pas en reste aussi avec Disgaea 5Dragon Quest Heroes I & II ou bien Skyrim. Des resucées de ce qui existe déjà sur PS4/Xbox One. Mais, on l’a vu avec la Wii U, sans les éditeurs tiers, c’est cuit. Il n’empêche que les jeux que j’attends impatiemment sont Mario Kart 8 Deluxe et Super Mario Odyssey (et tout en 3D, ça faisait longtemps).

J’ai donc bien hâte que la Nintendo Switch sorte. J’avais acheté la Wii en day one, avant de la revendre car leur politique de l’époque me sortait par les yeux. J’avais demandé la Wii U pour Noël il y a quatre ans car je croyais au concept du gameplay asymétrique Malheureusement, la sauce n’a pas pris, mon temps de jeu en une cinquantaine de mois n’excédant pas la centaine d’heures. Mais comme à chaque fois, la hype prend le dessus sur tout le reste.

J – 49

Putain ça y est !

ff_xv_2Final Fantasy XV n’est plus une arlésienne ! 10 ans que le titre qui avait pour nom Final Fantasy Versus XIII au moment de son annonce était en développement. Sur PS3 à l’époque. Au commencent, il y a avait des news à son sujet tout les 36 du mois. Dans les semaines précédant sa mise en vente, il n’y avait pas un jour où une info n’était pas communiquée dessus. Jusqu’à l’overdose en ce qui me concerne car j’avais cessé de lire des news dessus début septembre. Paradoxal quand auparavant (comprendre par là quand Twitter et Facebook n’existaient pas), je me serais rué sur chaque info.

Alors que c’est aujourd’hui que le jeu aurait dû sortir, sa mise en vente a été anticipée de quelques jours, pour mon plus grand plaisir, week-end de deux jours 1/2 oblige. À inverse d’Uncharted 4 où j’avais reçu le tout plus tard à cause de mes horaires du soir (lire : Uncharted 4 x TNT), j’avais pris ici les devants en posant des heures pour aller récupérer mon jeu. En magasin cette fois. Ça ne me sert à rien désormais mais mon esprit est conditionné pour terminer plus tôt aujourd’hui donc je ne touche à rien.

Durant l’installation du jeu et (surtout) d’un bon patch de 7 Go, j’en ai profité pour regarder Brotherhood: Final Fantasy XV, l’animé prenant place avant les événements du jeu, histoire de mettre dans le bien. Sans être un sommet du genre, ça n’en reste pas moins plaisant ; bien plus que Kingslaive: Final Fantasy XV, le film d’animation servant également d’introduction à la présentation des enjeux et des personnages. On ne peut pas dire que Square Enix fait semblant concernant la volonté de donner du crédit à Noctis et ses potes. L’intention est louable en tout cas.

Je vais faire court puisque je n’ai joué qu’une petite dizaine heures pour le moment. Le premier truc qui m’est venu à l’esprit une fois le jeu lancé a été « enfin ». Enfin, (ou plutôt final(ly)), le jeu existe autrement que par ses teasers, teasers trailers et j’en passe. Enfin, on va pouvoir savoir où Square Enix a voulu aller depuis 2006. Enfin, un nouvel opus qui n’a plus de lien avec Lightning (que j’aime bien mais ça va deux minutes). Deuxième constat : c’est beau. Très même. Visuellement, musicalement, c’est très agréable.

En 10 ans, il s’en est passé des choses. En voici 15 d’entre elles :

  • c’est Final Fantasy XII sur PS2 que j’attendais impatiemment après sa sortie au Japon en 2006
  • j’habitais encore chez mes parents
  • je venais de louper ma L1 parce que je m’étais réveillé à la bourre pour les partiels
  • Internet se résumait pour moi à tout sauf Facebook, Twitter et compagnie
  • j’étais « hétéro »
  • Harry Potter n’en était qu’à son quatrième film
  • DLC, season pass et tutti quanti n’e couraient pas les rues dans les jeux vidéo
  • les films de super héros se comptaient sur les doigts d’une main
  • j’allais au cinéma tout les 36 du mois
  • un téléphone ne me servait qu’à appeler et envoyer des messages
  • je n’avais pas de chat
  • je n’étais pas encore transi d’amour pour Zayn
  • je jouais essentiellement sur les consoles Nintendo (ex NSex pur)
  • j’achetais mes jeux à Micromania
  • j’allais sur YouTube uniquement pour regarder des clips et non des vlogs

When you’re like I have nothing to play LOL

video_gamesComme à chaque fois que j’achète un nouveau jeu, je le fais passer avant les autres même si je n’en ai pas vu la fin. Même si c’est bien sympa de faire des provisions pour les périodes où les sorties ne se bousculent pas au portillon, ça l’est en revanche bien moins quand il s’agit de reprendre un jeu commencé le jour de son achat puis laissé de côté des semaines/mois/années durant. En m’éparpillant sur plusieurs titres à la fois, j’en oublie de voir l’écran de fin de certains.

Ce mois-ci, deux grosses sorties vont encore plus délaisser les jeux que j’ai actuellement sur le jeu : Pokémon Sun/Moon (je pourrais dire Soleil/Lune mais je trouve que les noms anglais claquent mieux) et Final Fantasy XV. J’ai commencé le premier samedi dernier et ma 3DS va connaître des recharges en nombre. Le second sort enfin dans moins d’une semaine après un bout de temps (on va dire ça comme ça).

Dans la mesure où un RPG est synonyme d’au moins une cinquantaine d’heures manette en main, les autres jeux sont généralement mis de côté. Parmi eux, j’ai notamment ceux-ci à boucler :

  • Beyond Good & Evil
  • Dragon Quest VII
  • Hyrule Warrios
  • Kingdom Hearts: Chains of Memories
  • Kirby Mass Attack
  • Oddworld: New ‘n’ Tasty!
  • Outlast (son extension du moins – mais j’ai trop la frousse pour y jouer seul)
  • Pikmin 3
  • Pokémon Conquest
  • Slender: The Arrival
  • The Wonderful 101
  • Xenoblade Chronicles 3D

Et je ne préfère même pas parlé de ceux que je n’ai pas encore commencé (coucou Persona 4: Golden et Kingdom Hearts HD 2.5 ReMIX). En ajoutant les séries télé et les sorties ciné, comme dirait Lorie dans sa chanson Je vais vite : « Que 24h, c’est trop court dans la journée ».

La seule bonne nouvelle à tout ça est que South Park: The Fractured Butt Hole devait sortir le 6 décembre mais qu’il a été repoussé à l’année prochaine. Son report n’est pas une mauvaise chose en fin de compte, ça me laisse du temps pour tenter de terminer une bonne partie des jeux cités plus haut.

Ce titre d’article, un brin pédant, je vous l’accorde est simplement un « hommage » à Kim Kardashian qui avait tweeté un truc du genre. Comme vous pouvez le constater, entre Lorie et Kim Kardashian, ma culture générale est tellement grande que j’arrive à les placer dans un sujet qui est tout juste aux antipodes.