J’ai vu le nouveau bébé de Luc Besson

valerian_1

Ça y est, Valerian and the City of a Thousand Planets est sorti au cinéma. Les bandes-annonce vont enfin arrêtées d’être diffusées avant le début d’un autre film. En dehors de celles qui se lançaient automatiquement quand j’allais sur YouTube, j’ai dû les voir une bonne vingtaine de fois, et ce, rien qu’au cinéma. Ça a fait monter la hype du type très bon public que je suis. Mais avoir des goûts éclectiques ne veut pas dire aimer tout ce qui est servi. Et dans le cas du nouveau film de Luc Besson, c’est même plutôt quelque chose d’indigeste.

Avant toute chose, je tiens à dire que je ne connais strictement rien de la BD dont s’inspire le film. Au mieux, c’était pour moi un dessin animé qui passait sur Game One. Et attention : si vous n’avez pas vu le film, il risque d’y avoir pas mal de spoilers dans les lignes juste en dessous de ce paragraphe. Vous voilà prévenus.

Avant toute chose, le synopsis par AlloCiné ainsi que l’une des bandes-annonce du film :

Au 28ème siècle, Valerian et Laureline forment une équipe d’agents spatio-temporels chargés de maintenir l’ordre dans les territoires humains. Mandaté par le Ministre de la Défense, le duo part en mission sur l’extraordinaire cité intergalactique Alpha – une métropole en constante expansion où des espèces venues de l’univers tout entier ont convergé au fil des siècles pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire et leur culture. Un mystère se cache au cœur d’Alpha, une force obscure qui menace l’existence paisible de la Cité des Mille Planètes. Valerian et Laureline vont devoir engager une course contre la montre pour identifier la terrible menace et sauvegarder non seulement Alpha, mais l’avenir de l’univers.

Visuellement, c’est beau. Très joli même. J’en suis presque venu à regretter de le voir en 2D car je pense que c’est le genre de film qui, sans mauvais jeu de mots, prend une autre dimension en 3D. Et en IMAX, je n’en parle même pas. La scène d’ouverture commence avec Space Oddity en fond sonore. Nickel chrome. On assiste alors à des scènes montrant les humains interagir avec différentes espèces au fur et à mesure des années. La scène est assez longuette mais ça permet d’avoir le morceau de David Bowie dans son intégralité. L’OST est d’ailleurs de qualité. Alexandre Desplat est aux manettes et elle fait plaisir aux oreilles dans son ensemble.

Au chapitre des bons points toujours, la première scène du film mettant en avant les deux personnages principaux a le mérite d’être très réussie. La meilleure du film même, soyons fous. Alors que Valerian porte des lunettes lui permettant d’être dans une sorte d’univers parallèle (mais pas vraiment, vous verrez), il doit récupérer un objet qui se trouve entre les mains de quelqu’un de peu recommandable. Une action dans un endroit a des répercussions sur l’autre, et vice-versa. C’est plutôt original et ça permet de mettre en valeur les zones dans laquelle il évolue, avec tout les autochtones vaquant à leurs occupations dans des décors plutôt riches. On voit clairement où est passé le plus gros du budget alloué à la réalisation du film.

valerian_2

Et c’est justement là où le bat blesse. Si l’emballage du bonbon que Luc Besson veut nous faire gober est fort agréable visuellement, son contenu est désespérément vide. Le vaste univers qui est présenté tout le long du film est tout juste survolé. C’est bien simple : n’importe quelle bande-annonce permet d’avoir un topo aussi détaillé que dans le film sur les différentes espèces peuplant Alpha. Le tandem qui sert de têtes d’affiche n’est pas des plus exceptionnels non plus. Dane DeHaan (Valerian) est cet antihéros aux répliques lourdingues par excellence mais qui passeraient crème dans une comédie US bien grasse. Cara Delevingne est belle au possible mais d’une platitude de haut niveau. Rihanna s’en sort mieux que dans Battleship (encore heureux pour elle) sans toutefois mériter un Oscar. C’est une excellente chose d’avoir plusieurs casquettes mais Cara Delevingne est meilleur comme mannequin, tout comme Rihanna l’est en studio d’enregistrement.

valerian_3Le film s’embourbe dans une romance mielleuse dont le ton est donné plus ou moins quelques minutes après qu’ils apparaissent à l’écran. Avec rien de moins que Valerian demandant à Laureline si elle veut l’épouser. Comme ça sans pression. Là où cette réplique aurait à la limite un sens avant le générique de fin, elle est ici prononcée juste après qu’elle lui ait dit qu’il était le genre de mec à coucher avec toutes les filles qu’il croise. C’est tellement naturel de demander son amie en mariage 30 secondes après avoir été traité de queutard par cette dernière. Toujours dans le registre des choses déplaisantes, l’absence de personnalité de l’univers. Alors oui, des films de SF, il y en a eu un bon paquet, mais chacun a son petit truc qui le différencie des autres. S’inspirer de ce qui est fait à côté n’est pas puni par la loi ; en revanche, prendre une pincée de machin, un soupçon de bidule et une cuillerée de trucmuche n’est pas le meilleur moyen de pondre quelque chose de frais.

valerian_4

On sent la volonté de Luc Besson de vouloir proposer quelque chose qui change des productions made in chez nous. Mais à trop vouloir impressionner les foules avec des effets visuels (réussis), il a oublié de leur donner un intérêt. Avec un casting de haute volée en ce qui concerne son absence d’attachement et un rythme général permettant de commencer sa nuit si, comme moi, vous y allez le soir, le film n’a pas grand chose pour lui. Un peu comme ces gagnants au Loto devenus millionnaires du jour au lendemain mais qui ont dilapidé leur argent dans des choses sans intérêt, Luc Besson a jeté par la fenêtre pas mal de blé.

Valerian and the City of a Thousand Planets rejoint donc ma liste des déceptions sur grand écran et occupe une place de choix sur le podium de mes déceptions ciné 2017. Et pour résumer, en un .gif, mon avis sur le film :

zac

You’re a wizard Harry

harry_potter

J’ai déjà les trois derniers tomes de Harry Potter et je me suis « toujours » demandé pour quelle raison les quatre premiers ne sont pas en ma possession. Ayant acheté Harry Potter and the Cursed Child, j’ai eu l’envie de tous les avoir. Mais, dans la mesure où Monica est mon personnage favori de Friends, je veux que tout les livres soient à la même taille. Et ça tombe plutôt bien car ils ont été réédités pour être dans un format uniforme. Je me suis alors lancé dans l’achat des tomes au fur et à mesure de mon avancée dans leurs relectures.

J’ai terminé le premier tome cette semaine et c’est un bonheur à relire. Si je n’ai lu chacun des tomes qu’une seule fois, à l’inverse, j’ai vu à de nombreuses reprises les huit films. Dès lors qu’il  en avait un nouveau au cinéma, je me faisais un marathon des précédents histoire de me remettre dans le bain. Je me souviens aussi avoir vu chacun d’entre eux au cinéma en VF et en VOST en DVD. J’ai également le souvenir d’avoir vu Harry Potter and he Prisoner of Azkaban ainsi que Harry Potter and the Dethly Hallows – Part 2 quatre fois rien qu’au cinéma. Je n’avais pas encore l’abonnement Gaumont pour le troisième opus mais le tarif du billet adouci par la Fête du Cinéma m’avait bien aidé.

Pour en revenir au bouquin, c’est donc avec joie que je l’ai dévoré à nouveau. Si j’adore les films, les livres fourmillent de détails absents à l’écran. C’est simple : le début du livre nous permet de suivre une tranche de vie des Dursley avant l’arrivée de Harry Potter. Certaines répliques du livre sont, au mot près, dans le film et les relire me donne envie de revoir les versions cinématographiques. Chose que je ferai probablement à chaque fois que j’aurai terminé un tome.

Les visuels de cette nouvelle édition sont épurés. Je les trouve plus réussis que ceux d’origine. Et je ne suis apparemment pas le seul à les apprécier car, alors que j’étais dans le train, une touriste m’a demandé si elle pouvait prendre la couverture en photo alors que les autres s’extasiaient devant le bord de mer qu’ils voyaient à travers les fenêtres.

Mario Kart 8 Deluxe : le Menu Maxi Best Of de la série

mk8dSi l’on me demande quel est mon jeu favori sur Wii U, c’est Mario Kart 8 qui serait cité. Quand Nintendo a annoncé sa ressortie en version Maxi Best Of sur Switch, je l’avais un peu mauvaise tout en sachant que le jeu serait mien en day one.

En dehors de pouvoir rejouer au meilleur Mario Kart n’importe où (il a détrôné Mario Kart 64 dans mon cœur), cette mouture Switch n’est pas une copie conforme de la version Wii U. Le principal changement est sans contestes la présence d’un vrai mode Battle. Que je n’ai jamais lancé sur Wii U quand j’ai su que les arènes étaient en fait les courses du jeu. Là, on revient aux arènes fermées, à l’ancienne. Et avec des modes de jeu supplémentaires à l’intérêt variable. Bon, c’est un joyeux bordel sans nom maintenant que l’on peut peut se retrouver jusqu’à 12 (trois fois moins au maximum à l’époque). Mais ça permet de varier les choses entre deux courses.

mk8d_1

Le mode Battle a été revu et corrigé, et c’est tant mieux. En revanche, il n’y a aucun changement dans le mode principal. Le contenu de base est consistant et directement débloqué (48 courses – les 32 de base + les 16 qui étaient en DLC). L’ajout de nouvelles courses (même d’anciennes versions) n’aurait pas été de trop, ne serait-ce que pour le plaisir de refaire certains circuits (Wario Stadium, mon fav).

En dehors des modes de jeu, des nouveaux persos issus de Splatoon rejoignent le casting déjà conséquent qui vendrait du rêve à n’importe quel jeu de baston. Le boost se voit attribuer un niveau supplémentaire pour le plus grand plaisirs des aficionados des dérapages contrôlés, tandis que les nouveaux venus pourront jouer avec la direction assistée pour ne pas pouvoir tomber dans le vide ou rater les courbes de la course. Grande absente depuis Super Mario Kart, la plume fait son retour parmi les objets disponibles (mais reste exclusive au mode Battle). Comme dans Mario Kart Double Dash, il est possible d’avoir deux objets simultanément (sans pouvoir cette fois-ci les utiliser dans l’ordre de son choix). Ce pot pourri fonctionne à merveille et ne rend l’ensemble que plus agréable.

mkd_2

 

Mario Kart 8 Deluxe permet à la Switch d’avoir, après Breath of the Wild, un second incontournable. Alors oui, ces deux jeux ne sont pas des exclus. Mais il n’empêche que pouvoir faire quelques courses sur le pouce procure son petit effet. En utilisant son smartphone en tant que modem, il est possible de pouvoir jouer contre le reste du monde n’importe où. Les sempiternels retards des TGV inOui paraîtront moins pénibles.

mk8d_3

Si vous avez fait l’impasse sur la version Wii U, vous aurez là le Mario Kart à posséder sans hésiter. Si vous avez poncé la version amputée du suffixe Deluxe, cela dépendra de votre temps passé dessus. Repasser à la caisse pour un jeu qui a pris la poussière depuis trop longtemps est assez maso dans l’esprit. Et si, pour peu que ça existe, ce sera votre première fois, vous aurez l’occasion de découvrir le huitième épisode d’une licence qui a fait naître un genre à part entière.

Comme le veut la tradition, voici mon avis sur le jeu en un gif :

south_park

 

31 ans

happy_birthdayEt voilà que j’ai 31 ans (déjà). Je ne les fais toujours pas (je ne fais déjà pas mes 30 ans – ni mes 29 donc bon). Mais voilà, je dois désormais faire dérouler un peu plus longtemps les rouleaux sur les sitesau moment où on me demande l’âge que j’ai. Comme les fois précédentes, voici tout autant d’anecdotes sur moi que mon nouvel âge. C’est parti :

  1. J’ai eu les larmes aux yeux en lançant The Legend of Zelda: Breath of the Wild la première fois
  2. À défaut d’aller dans une salle de sport, je joue à Just Dance 2017
  3. J’ai envie d’acheter une autre paire de Joy-Con pour la Switch pour avoir le choix de jouer avec une paire rouge et une bleue
  4. Je n’arrive pas à manger des aliments dont la date de péremption est passée
  5. Salamèche et Pikachu (mes poissons) ne sont plus. J’en ai alors racheté et ils ont pour nom Reptincel et Raichu
  6. Je me suis lancé en début d’année dans un marathon Friends, avec une saison/mois
  7. J’ai envie d’avoir toutes les exclus Nintendo Switch pour une raison que j’ignore en dehors de la collectionite
  8. J’ai été raisonnable en annulant ma commande de Persona 5 car j’ai pas mal de RPG sur le feu
  9. J’ai ouvert un compte instagram pour mon chat
  10. Je ne suis pas allé au cinéma avec un ami un soir car il y avait un nouvel épisode de Koh-Lanta
  11. Je suis parvenu à monter un meuble tout seul comme un grand et je n’ai rien trouvé de mieux que de mettre un pansement là où j’ai mal planté un clou
  12. Après les figurines et les films Disney, ce sont les peluches de Mickey et sa bande que je collectionne
  13. J’ai gagné un abonnement d’un an au service Vélo Bleu grâce à un jeu concours sur Facebook en rapport avec Pokémon GO
  14. J’ai songé un moment à avoir un autre chat mais j’ai envie que Simba le chat soit le seul et l’unique
  15. Je suis rentré de Paris un jour plus tôt que prévu pour avoir la Switch en day one
  16. J’ai pleuré devant le series finale de The Vampire Diaries
  17. Je ne sais toujours pas pour qui voter mais je sais pour qui je ne voterai pas
  18. J’ai une nouvelle tirelire en forme de cochon avec un marteau pour la casser quand elle sera pleine
  19. À chaque fois que je vais à Disneyland Paris, je repars – au moins – avec une Tour Eiffel à côté de laquelle il y a Mickey ou quelqu’un d’autre
  20.  Je serais prêt à payer pour un Meet and Greet avec Zayn quand il se décidera d’annoncer une tournée
  21. J’ai ma place pour aller voir Lady Gaga en octobre et je me vois bien y retourner le lendemain si le concert est à la hauteur de mes atentes
  22. Après avoir vu un film/jour durant huit jours, j’ai bien envie de me faire une journée avec des films de la première à la dernière séance
  23. Je ne sais ni pêcher ni skier
  24. Je ne peux pas m’empêcher de regarder des vidéos de Hélène MBDF alors que je sais que je perds mon temps à le faire
  25. Je détestais le café jusqu’à ressentir le besoin d’en boire quand je fais des horaires matinaux
  26. J’ai envie d’aller au Japon et de dépenser un loyer en goodies dans un Pokémon Store
  27. Je veux des AirPods mais le prix me freine direct
  28. Je sais pas si c’est commun à tout les chats mais le mien a peur de l’aluminium
  29. J’ai envie d’acheter plein de bracelets pour mon Apple Watch pour les assortir en fonction de ce que je porte
  30. J’ai acheté un livre de recettes de cuisine alors que je sais à peine faire cuire un œuf
  31.  j’ai téléchargé ZAYNmoji et Kendjimoji sur mon iPhone

Alibi.com, l’avant-première

alibi.com

J’ai assisté à l’avant-première du nouveau film de Philippe Lacheau en tant que réalisateur, Alibi.com. Après Babysitting (qui était – à tort – considéré comme un Project X à la française) puis Babysitting 2 (qui est dans mon Top 10 2015), je ne pouvais pas passer à côté de voir son nouveau film. Et puis la présence d’une partie du casting dans la salle dans la salle était un motif de déplacement supplémentaire.

Pour les personnes n’ayant pas vu la moindre bande-annonce (que vous pourrez alors regarder en cliquant sur la vidéo un peu plus bas), voici tout d’abord le synopsis :

Greg a fondé une entreprise nommée Alibi.com qui crée tout type d’alibi. Avec Augustin son associé, et Medhi son nouvel employé, il élabore des stratagèmes et mises en scène imparables pour couvrir leurs clients. Mais la rencontre de Flo, une jolie blonde qui déteste les hommes qui mentent, va compliquer la vie de Greg, qui commence par lui cacher la vraie nature de son activité. Lors de la présentation aux parents, Greg comprend que Gérard, le père de Flo, est aussi un de leurs clients.

Après avoir pu m’installer au deuxième rang, deux bonnes nouvelles ont été annoncées : tout d’abord, la présence imprévue de Nathalie Baye, Puis, l’arrivée d’une partie du casting à la fin du film. L’avantage de l’arrivée des acteurs à la fin plutôt qu’au début est que la venue fait moins homme sandwich et dure généralement plus longtemps.

J’ai adoré le film. Si la bande-annonce m’avait donné envie de le voir, celle-ci ne dévoile pas l’intégralité du film (avec l’intro, les trucs du milieu et la fin le souvent) comme le font bien souvent celles des films français (je n’ai pas vu Demain tout commence, mais c’est tout comme juste avec la bande-annonce). L’alchimie entre les acteurs est toujours aussi efficace et c’est le genre d’humour qui fonctionne sur moi. Autre bon point : il n’y a pas que des comiques de situation (un peu comme un film « d’horreur » aujourd’hui abuserait des jump scares) ou des blagues vaseuses (comme dans Why Him? qui est à fuir comme la peste). Mention spéciale à un passage en particulier qui m’a bien fait rire et qui devrait vous faire sourire tout autant si vous avez connaissez une certaine saga vidéoludique. Dont je tairai le nom pour éviter tout spoil. Le casting est globalement très bon et ceux qui ont déjà vu les deux Babysitting seront en terrain connu. La présence de nombreux guests est aussi une bonne chose, d’autant plus qu’ils ne vampirisent pas l’écran. Au mieux, ça permet de constater que le succès de ses précédents films lui donne un certain cachet.

J’ai beaucoup rigolé durant l’heure 1/2 environ que dure le film. Je partais plutôt confiant quant au fait que j’allais l’apprécier et je ne me suis pas trompé. Si vous avez aimé Babysitting, nul doute que vous apprécierez, l’humour étant dans la même veine. Si vous n’avez pas apprécié, c’est aussi possible de ne pas ressortir déçu de la salle après avoir vu Alibi.com, le film n’étant cette fois-ci pas vu à travers une caméra trouvée par quelqu’un (reproche qui peut se défendre, le found footage ayant été usé jusqu’à la moelle). En un mot comme en cent : si vous voulez une bonne comédie à voir au cinéma le mois prochain (ça sort le 15 février), je ne peux que vous recommander de vous déplacer au cinéma.

alibi.com_avp

Une fois le film terminé, l’ensemble des personnages principaux du film (excepté Didier Bourdon) a fait son entrée dans la salle. Nathalie Baye, Élodie Fontan, Philippe Lacheau, Tarek Budali et Julien Arruti donc. Cela a été l’occasion de pouvoir leur poser des questions concernant le tournage ou leurs projets. Point de Baybysitting 3 prévu pour le moment mais un premier film en tant que réalisateur pour Tarek Boudali. Son nom : Mariage (blanc) pour tous, l’histoire de Yassine (joué par Tarek Boudali) qui demande à Fred (interprété par Philippe Lacheau) son meilleur ami de l’épouser pour éviter d’être en situation irrégulière. Wait and see, ça sort le 20 décembre prochain donc on a encore le temps.

Après ce jeu de questions/réponses qui a duré une bonne 1/2 heure (je m’attendais à un passage éclair avant le film donc je ne peux qu’être ravi qu’ils soient restés bien plus longtemps), j’ai pu prendre une photo avec eux :)

alibi.com_avp_1Enfin, pour conclure, mon avis sur le film qui occupe actuellement la première place de mon Top 10 de l’année (au moment de la rédaction de l’article, soit dimanche 29 janvier 2017,  23:17), mon avis sur le film en un .gif :

britney

3/3/2017

 

nintendo_switch

C’est après une nuit blanche durant laquelle j’ai joué à Hatsune Miku Project DIVA Future Tone au casque pour ne pas réveiller les voisins, que Nintendo a tenu sa toute première conférence concernant la Nintendo Switch. Pour les trois du fond qui ne seraient pas au courant, cette nouvelle succédera à la Wii U dans moins de deux mois. C’est donc à 5:00 que le tout a commencé. Et à l’heure qui plus est.

Les points que j’ai retenu de cette heure de conférence assez mou du genou sont les suivants :

  • elle sort le 3 mars
  • la conversion €/$ n’est – as always – pas faite. 299$ deviennent 329 €
  • le nouveau Mario m’a vendu du rêve comme jamais
  • le nouveau Zelda sera bien au lancement (le reste du lineup est anecdotique)

Grand faible que je suis, j’ai pré-commandé la console. Par chance, j’avais posé des congés qui ont lieu durant la sortie de la machine. Je pourrai alors jouer toute la journée. Grand faible que je suis – la suite, je devais rentrer de Paris le 3/3 au soir ;  j’ai avancé la date de mon retour à la veille pour faire partie de ces Nsex (on n’oublie pas d’où l’on vient)  l’ayant en day one.

amazon_switch

La console (dans sa version grise au niveau des Joy-Con) sera mienne avec The Legend of Zelda: Breath of the Wild. Les autres jeux du lancement (qui se comptent sur les doigts d’une main) ne m’intéressent guère. Excepté 1-2 Switch, c’est assez famélique question originalité.  Et puis plein pot, c’est même pas envisageable l’once d’un instant. Le facteur prix sera également décisif en ce qui concerne Arms et Super Bomberman R, qui passeraient difficilement à une cinquantaine d’euro. Les éditeurs tiers ne sont pas en reste aussi avec Disgaea 5Dragon Quest Heroes I & II ou bien Skyrim. Des resucées de ce qui existe déjà sur PS4/Xbox One. Mais, on l’a vu avec la Wii U, sans les éditeurs tiers, c’est cuit. Il n’empêche que les jeux que j’attends impatiemment sont Mario Kart 8 Deluxe et Super Mario Odyssey (et tout en 3D, ça faisait longtemps).

J’ai donc bien hâte que la Nintendo Switch sorte. J’avais acheté la Wii en day one, avant de la revendre car leur politique de l’époque me sortait par les yeux. J’avais demandé la Wii U pour Noël il y a quatre ans car je croyais au concept du gameplay asymétrique Malheureusement, la sauce n’a pas pris, mon temps de jeu en une cinquantaine de mois n’excédant pas la centaine d’heures. Mais comme à chaque fois, la hype prend le dessus sur tout le reste.

J – 49

2016

2016Devenu un rituel, le traditionnel bilan de la fin d’année fait son retour, comme chaque année depuis l’ouverture du blog. Enjoy.

Janvier

J’ai fêté l’anniversaire de ma moitié pour la première fois en sa compagnie. Puisque j’aime bien lui faire des surprises, je ne lui ai souhaité qu’une joyeuse année supplémentaire en début de journée, avant de faire comme si c’était un jour comme les autres. Au point de prétexter vouloir aller au cinéma voir je ne sais plus quel film. En chemin pour soi-disant nous rendre au cinéma, j’ai prétexté vouloir descendre quelques arrêts de tramway plus tôt pour marcher un peu. En fait, c’est au restaurant que j’avais réservé quelques jours plus tôt que nous sommes allés. Pour la petite histoire, j’étais allé dans ce même restaurant pour l’anniversaire de ma mère le lendemain qui a suivi notre première rencontre. Nos ventres repus, nous sommes alors ensuite rentrés et c’est alors à ce moment-là que je lui ai remis son cadeau. Oui, je suis attentionné.

Février

Ma première St Valentin avec mon copain. Il m’a offert une séance dans un Spa à Cannes. Et c’était très bon.

Mars

Après son départ des One Direction, l’album de Zayn était enfin mien. Je n’achète quasiment plus de CD mais je voulais bien l’effort pour lui. Résultat des courses : plus de 1000 écoutes en même pas un an. Autant dire que j’en serai lors de sa première tournée en solitaire.

Avril

30 ans que j’existe. 25 ans (voire moins) en apparence. Je suis parti pour 10 ans à écrire le chiffre 3 devant les autres.

Mai

J’ai vu Maroon 5 en concert. Moi qui écoute le groupe depuis plus de dix ans et qui avais loupé le coche lors de leur précédente tournée, j’ai pu remettre les pendules à l’heure concernant cela. Et puis qu’est-ce que je ne donnerai pas pour voir Adam Levine et ses potes. Non parce que, qu’on se le dise : je suis incapable de citer le nom des autres membres du groupe. J’ai assisté au concert avec mon copain et une amie, qui était accompagnée d’une amie à elle, nous ont rejoint. Et bien comme il faut car elles ont pu se faufiler devant tout le monde à la dernière minute, après avoir eu des invitations pendant que l’on faisait la queue. Le concert était bien sympa. Pas fou, assez expéditif, mais néanmoins agréable.

Juin

Comme tout les ans, l’E3 m’a permis de pouvoir  planifier mes achats vidéoludiques pour les jours/semaines/mois/années à venir. Et, as always, de me donne des envies d’aller aux USA.

Juillet

Impossible de passer sous silence la journée du 14, qui restera la plus angoissante de l’année. Je ne vais pas répéter, dira-t-on, ce que je vous avais dit ici. Juste que je ne parviens pas encore à totalement réaliser l’horreur qui a eu lieu ce soir-là. Je suis retourné sur la Promenade des Anglais depuis la tragédie. Les hommages ne manquent pas. Et c’est tant mieux.

Août

1 an que je suis couple. Je suis joie.

Septembre

Je devais assister au Pokémon: Symphonic Evolutions. Mes billets d’avion étaient pris, j’avais réussi à dégoter une place auprès de quelqu’un qui vendait la sienne sur la page FB de l’event. Puis là, une notification m’informe de l’annulation de l’événement. La raison : faute de places vendues. Dans la mesure où j’ai acheté la mienne auprès de quelqu’un faute de place disponible, l’excuse ne tient pas. Bien évidemment, mon vol n’était pas remboursable. Heureusement, j’avais prévu d’arriver la veille et de repartir deux jours après le supposé concert symphonique. J’ai alors eu plus de temps pour voir mes amis parisiens.

Octobre

J’ai vu Fifth Harmony en concert. Premier girls band que je vois en live de ma vie. J’avais prévu de les voir à Marseille à l’origine mais le concert a été annulé pour être déplacé à Paris. Ca revenait plus cher en transport au final (surtout que j’étais déjà allé à Paris une semaine avant leur concert) mais je ne pouvais pas laisser passer l’occasion de les voir. Et j’ai bien fait car elles se sont séparées même pas deux mois après.

Novembre

Après son annonce il y a dix ans maintenant, FF XV est enfin un jeu qui existe véritablement. Ce serait mentir que de dire que je ne l’attendais pas. J’étais encore étudiant quand il a été annoncé. J’en suis venu à bout, l’ aventure n’était pas à la hauteur de l’attente que j’avais mais n’en reste pas moins agréable à faire. Maintenant, je n’ai plus de jeux que j’attends depuis des lustres qui me viennent en tête. Kingdom Hearts III, pourquoi pas. Encore que, j’ai d’abord les épisodes antérieurs à commencer/terminer.

Décembre

Rogue One: a Star Wars Story est encore mieux que je ne le pensais. J’avais peur que le film serve juste à boucher les trous entre les épisodes VII et VIII dans un calendrier chargé en sorties. J’ai été médisant : le film est une réussite. Ça m’a donné envie de voir les suites.

Le club des 100

cinema

Star Wars: The Force Awakens (pour la deuxième fois vu que je l’avais déjà vu le jour de sa sortie), Pension ComplèteStar Wars: The Force Awakens (oui, une troisième fois), JoyEt ta soeurThe Hateful Eight, Chocolat, Dirty Grandpa, The Fifth Wave, Deadpool, The Boy, Zootopia, Steve Jobs, The Finest Hours, London Has Fallen, Hail, Caesar!, How to Be Single, The Revenant, Dieumerci, 10 Cloverfield Lane, Batman v Superman: Dawn of Justice, The Divergent Series: Allegiant – Part 1, The Hallow, Rosalie Blum, The Jungle Book, Demolition, Grimsby, Hardcore Henry, Desierto, Captain America: Civil War, de nouveau Captain America: Civil War (à la suite du premier visionnage btw), The Exorcist, The Huntsman: Winter’s War, Money Monster, The Angry Birds Movie, Warcraft, X-Men: Apocalyse, Julieta, Alice Through the Looking Glass, The Other Side of the Door, Elle, Finding Dory, The Neon Demon, Retour chez ma Mère, The Witch, The Conjuring 2: The Enfield Poltergeist, Neighbors 2 : Sorority Rising, Camping 3, Teenage Mutant Ninja Turtles: Out of the Shadows, Irréprochable, Florence Foster Jenkins, The Legend of Tarzan, The BFG, Independance Day: Resurgence, The Secret Life of Pets, Bad Moms, The Purge: Election Year, Nine Lives, Now You See Me 2, High Strung, Suicide Squad, Jason Bourne, Ghostbusters, The Shallows, Ice Age: Collision Course, Pete’s Dragon, Moka, Nerve, Lights Out, Star Trek Beyond, Mechanic: Resurrection, War Dogs, Brice 3, La taularde, Divines, Juste la fin du monde, Blair Witch, A fond, Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children, Don’t Breathe, L’Odyssée, Scream, Bridget Jones’s Baby, Doctor Strange, The Girl on the Train, La folle histoire de Max et Léon, Ouija: Origin of Evil, Fantastic Beasts and Where to Find Them, Iris, Snowden, Allied, Hacksaw Ridge, Unfriend, Trolls, Shut In, Inferno, Sully, Moana, Rogue One: a Star Wars Story et Papa ou Maman 2.

Cette liste recense les 100 films que j’ai vu au cinéma (pour le moment) cette année. J’ai même fait des codes couleur : les films en bleu sont ceux devant lesquels je me suis assoupi ; ceux en jaune sont ceux qui m’ont fait pleurer. Alors avec Star Wars et Civil War que j’ai vu plus d’une fois, ce ne sont pas vraiment 100 films différents mais plus 100 passages au cinéma. Mais c’est tout de même beaucoup ! Ci-dessous, le comparatif avec les années précédentes depuis que j’ai l’abonnement Gaumont. Concernant 2011, les allées et venues au cinéma ont commencé en juillet car c’est ce mois-là que je me suis abonné (logique quand tu nous tiens).

numbers_gaumont

Entre temps (comprendre entre le moment où j’ai commencé à commencer la rédaction de cet article et sa publication), je suis allé voir Arrival. Et Assassin’s Creed ainsi que Passengers sont prévus au programme pour les prochains jours. Avant la fin de l’année pour sûr. Et mon compteur sera alors de 100 films différents tout rond.

Putain ça y est !

ff_xv_2Final Fantasy XV n’est plus une arlésienne ! 10 ans que le titre qui avait pour nom Final Fantasy Versus XIII au moment de son annonce était en développement. Sur PS3 à l’époque. Au commencent, il y a avait des news à son sujet tout les 36 du mois. Dans les semaines précédant sa mise en vente, il n’y avait pas un jour où une info n’était pas communiquée dessus. Jusqu’à l’overdose en ce qui me concerne car j’avais cessé de lire des news dessus début septembre. Paradoxal quand auparavant (comprendre par là quand Twitter et Facebook n’existaient pas), je me serais rué sur chaque info.

Alors que c’est aujourd’hui que le jeu aurait dû sortir, sa mise en vente a été anticipée de quelques jours, pour mon plus grand plaisir, week-end de deux jours 1/2 oblige. À inverse d’Uncharted 4 où j’avais reçu le tout plus tard à cause de mes horaires du soir (lire : Uncharted 4 x TNT), j’avais pris ici les devants en posant des heures pour aller récupérer mon jeu. En magasin cette fois. Ça ne me sert à rien désormais mais mon esprit est conditionné pour terminer plus tôt aujourd’hui donc je ne touche à rien.

Durant l’installation du jeu et (surtout) d’un bon patch de 7 Go, j’en ai profité pour regarder Brotherhood: Final Fantasy XV, l’animé prenant place avant les événements du jeu, histoire de mettre dans le bien. Sans être un sommet du genre, ça n’en reste pas moins plaisant ; bien plus que Kingslaive: Final Fantasy XV, le film d’animation servant également d’introduction à la présentation des enjeux et des personnages. On ne peut pas dire que Square Enix fait semblant concernant la volonté de donner du crédit à Noctis et ses potes. L’intention est louable en tout cas.

Je vais faire court puisque je n’ai joué qu’une petite dizaine heures pour le moment. Le premier truc qui m’est venu à l’esprit une fois le jeu lancé a été « enfin ». Enfin, (ou plutôt final(ly)), le jeu existe autrement que par ses teasers, teasers trailers et j’en passe. Enfin, on va pouvoir savoir où Square Enix a voulu aller depuis 2006. Enfin, un nouvel opus qui n’a plus de lien avec Lightning (que j’aime bien mais ça va deux minutes). Deuxième constat : c’est beau. Très même. Visuellement, musicalement, c’est très agréable.

En 10 ans, il s’en est passé des choses. En voici 15 d’entre elles :

  • c’est Final Fantasy XII sur PS2 que j’attendais impatiemment après sa sortie au Japon en 2006
  • j’habitais encore chez mes parents
  • je venais de louper ma L1 parce que je m’étais réveillé à la bourre pour les partiels
  • Internet se résumait pour moi à tout sauf Facebook, Twitter et compagnie
  • j’étais « hétéro »
  • Harry Potter n’en était qu’à son quatrième film
  • DLC, season pass et tutti quanti n’e couraient pas les rues dans les jeux vidéo
  • les films de super héros se comptaient sur les doigts d’une main
  • j’allais au cinéma tout les 36 du mois
  • un téléphone ne me servait qu’à appeler et envoyer des messages
  • je n’avais pas de chat
  • je n’étais pas encore transi d’amour pour Zayn
  • je jouais essentiellement sur les consoles Nintendo (ex NSex pur)
  • j’achetais mes jeux à Micromania
  • j’allais sur YouTube uniquement pour regarder des clips et non des vlogs

When you’re like I have nothing to play LOL

video_gamesComme à chaque fois que j’achète un nouveau jeu, je le fais passer avant les autres même si je n’en ai pas vu la fin. Même si c’est bien sympa de faire des provisions pour les périodes où les sorties ne se bousculent pas au portillon, ça l’est en revanche bien moins quand il s’agit de reprendre un jeu commencé le jour de son achat puis laissé de côté des semaines/mois/années durant. En m’éparpillant sur plusieurs titres à la fois, j’en oublie de voir l’écran de fin de certains.

Ce mois-ci, deux grosses sorties vont encore plus délaisser les jeux que j’ai actuellement sur le jeu : Pokémon Sun/Moon (je pourrais dire Soleil/Lune mais je trouve que les noms anglais claquent mieux) et Final Fantasy XV. J’ai commencé le premier samedi dernier et ma 3DS va connaître des recharges en nombre. Le second sort enfin dans moins d’une semaine après un bout de temps (on va dire ça comme ça).

Dans la mesure où un RPG est synonyme d’au moins une cinquantaine d’heures manette en main, les autres jeux sont généralement mis de côté. Parmi eux, j’ai notamment ceux-ci à boucler :

  • Beyond Good & Evil
  • Dragon Quest VII
  • Hyrule Warrios
  • Kingdom Hearts: Chains of Memories
  • Kirby Mass Attack
  • Oddworld: New ‘n’ Tasty!
  • Outlast (son extension du moins – mais j’ai trop la frousse pour y jouer seul)
  • Pikmin 3
  • Pokémon Conquest
  • Slender: The Arrival
  • The Wonderful 101
  • Xenoblade Chronicles 3D

Et je ne préfère même pas parlé de ceux que je n’ai pas encore commencé (coucou Persona 4: Golden et Kingdom Hearts HD 2.5 ReMIX). En ajoutant les séries télé et les sorties ciné, comme dirait Lorie dans sa chanson Je vais vite : « Que 24h, c’est trop court dans la journée ».

La seule bonne nouvelle à tout ça est que South Park: The Fractured Butt Hole devait sortir le 6 décembre mais qu’il a été repoussé à l’année prochaine. Son report n’est pas une mauvaise chose en fin de compte, ça me laisse du temps pour tenter de terminer une bonne partie des jeux cités plus haut.

Ce titre d’article, un brin pédant, je vous l’accorde est simplement un « hommage » à Kim Kardashian qui avait tweeté un truc du genre. Comme vous pouvez le constater, entre Lorie et Kim Kardashian, ma culture générale est tellement grande que j’arrive à les placer dans un sujet qui est tout juste aux antipodes.